Avertir le modérateur

mardi, 12 juin 2012

Rafting en Haute-Loire

« Loin des bruits de la ville, j'irai jusqu'en Auvergne. » Enrico Macias

 

Cette semaine, direction l'Auvergne avec Antoine ! Objectif ? Nous mettre « au vert » et faire travailler nos muscles ! Au programme ; rafting, l'escalade, la randonnée, le VTT et j'en passe. Bref, un séjour qui s'annonçait fort en émotions, à travers les quatre départements de la région : le Cantal, le Puy-de-Dôme, l'Allier et la Haute-Loire.

 



Première étape : la Haute-Loire. Notre première journée en Auvergne a débuté sur la plage de Prades : d'ici, on apercevait déjà, au pied de gigantesques rochers, les rapides des gorges de l'Allier qui allaient bientôt devenir nos pires ennemis... Bon « nos pires ennemis » c'est peut être un peu fort. Mais n'ayant jamais fait de rafting avant, je dois admettre que je n'étais pas spécialement rassurée... Il faut dire aussi que dans le bus qui  nous emmenait au point de départ de la descente, Olivier (le moniteur) et les autres rafteurs plus expérimentés s'amusaient à nous faire peur ; « on va forcément tomber, se faire arroser, il y a plein de rapides, ça peut être dangereux... » Mais rassurez vous, si on en est sorti indemne c'est que c'était largement faisable ! :)

 

photo.JPG

En fait, même si la descente est périlleuse par endroit, c'est vraiment amusant de naviguer à plusieurs comme ça. On crée des contacts avec les autres, on rigole, on traverse des rapides, on navigue à travers des paysages magnifiques et surtout isolés du bruit des voitures... A la fin de la balade on avait la possibilité de sauter d'un rocher de 8 mètres. Je ne pensais pas être capable de le faire mais en voyant que les jeunes qui nous accompagnaient y allaient sans peur, je n'ai pas su résister à la tentation de faire ma "James Bond girl" ;)

Et une fois l'élan pris, c'est vraiment excellent ! Bref un super moment à la fois bien sportif et convivial dans les gorges de l'Allier !

Photo 1.png

Nous sommes repartis ensuite en direction du plateau d'Ally. Mais nous n'avons pas pu nous empêcher de nous arrêter en chemin dans les charmants petits villages qui longeaient notre route ; Prades, Chilhac, Monistor-d'Allier, Lavoute-Chilhac... On retiendra en particulier Chanteuges qui nous a vraiment séduits : les petites maisons en pierre, les allées parsemées de toutes sortes de plantes, le très joli pont sous lequel passe l'Allier et surtout, la magnifique abbaye qui domine la ville et qui offre un très joli point de vue des alentours si on prend le temps de monter jusque là-haut.

photo 3.JPG

Après ce petit détour nous sommes arrivés au plateau d'Ally. Encerclés par des éoliennes et des moulins nous avons vite compris que ce lieu était réputé pour être un terrain venteux. Sébastien nous a fait visiter le moulin de Pargeat en nous racontant son histoire, son utilité et je dois dire que c'était impressionnant : pour moi les moulins à vent n'existaient que dans les vieilles histoires ! Très important à noter aussi, nous avons ENFIN compris les paroles de la chanson "meunier tu dors" (une cloche sonnait quand la meule avait fini de moudre le grain pour réveiller le meunier) ainsi que l'expression "entrer comme dans un moulin" (les moulins étaient tout simplement... toujours ouverts) ! Sébastien nous a expliqué aussi que dans cette région, depuis longtemps, on n'utilisait pas du tissu pour les ailes des moulins mais des planches d'un bois léger ! Etonnant, non ? ;)

photo 4.JPG

Après cette étape instructive, nous sommes passés à l'aspect plus ludique de la découverte du plateau d'Ally. Nous avons en effet rejoint Romain pour faire... du char à voile ?! Vous me direz sans doute qu'il n'y a pas de plage en Auvergne et vous aurez raison. Mais c'est justement là que réside tout l'aspect insolite de ce sport ! C'est sur un terrain de foot que nous nous sommes donc essayés au char à voile, en comprenant très rapidement que le vent était capricieux et surtout très dur à maitriser (le nombre de chutes à mon actif est révélateur...) C'est d'ailleurs l'objectif du collectif « Action Ally 2000 » à l'initiative de Romain et Sébastien : pas de nous voir tomber, bien sur, mais de sensibiliser les gens à la puissance du vent, ressource naturelle principale du plateau d'Ally, à son utilité et à l'importance de savoir maîtriser cet élément pour ensuite mieux gérer son environnement.

photo 5.JPG

Après cette journée intense et quelques kilomètres en voiture, nous avons changé de département pour atteindre le Cantal. C'est à Roffiac, que nous avions décidé de passer la nuit, dans l'auberge du Ruisselet. Là nous attendais de très jolies chambres bien confortables et un excellent repas typique de la région à base de pounty, de truffade, de cantal et de saint nectaire que nous avons partagé avec d'autres invités ! Une ambiance très conviviale donc pour clôturer cette première journée pleine de péripéties ! 

 

A demain !

 

Coraline

09:00 | Commentaires (1) | | |

jeudi, 31 mai 2012

Mignonne, allons voir si la rose était verte !

Le département du Val-de-Marne recèle décidément bien des surprises ! Après l'asinerie, la guinguette ou encore le festival de l'Oh (cf. articles précédents), c'est dans une magnifique roseraie à l'Haÿ-les-roses que nous avons continué notre périple...

 

Nous avons découvert alors un endroit enchanteur, plein de couleurs et de parfums entêtants ! La roseraie, fondée en 1894, ne compte pas moins de 3 200 variétés de rosiers sur une surface de 1,52 hectare. De quoi nous offrir une longue flânerie à travers les innombrables plants de rosiers ! Il y avait des roses rouges, des jaunes, des blanches, des violettes, des... VERTES ?! (oui, c'est à peu près la réaction que j'ai eu en découvrant ces fleurs étranges qui font pourtant bien partie de la catégorie des roses... les voies de la nature sont impénétrables). Le temps, favorable jusque là (j'ai même pris de jolies couleurs) a finalement finit par se dégrader... Mais heureusement pour nous, même par temps couvert on peut trouver de quoi s'occuper dans le Val-de-Marne !

DSC_0026.JPG

DSC_0029.JPG

Nous sommes donc partis à Vitry-sur-Seine, temple de l'art contemporain... Notre première arrêt fut le MAC/VAL. Au delà de l'architecture vaste et épurée du bâtiment, qui permet de profiter vraiment de la visite, les œuvres que l'on peut admirer dans ce musée sont diverses et toutes trs intriguantes... On croise par exemple des mannequins avec la tête en bas et les pieds en l'air, des écrans représentant des bouts de ciel, une salle remplie de néons roses etc.

IMG_1630.JPG

J'étais très fière de reconnaitre certains artistes que je connaissais comme Felice Varini, Gilles Barbier ou encore César (non, pas l'empereur romain...) L'art contemporain a pour qualité de provoquer l'étonnement, la surprise, le questionnement et je dois admettre qu'en effet, beaucoup d'œuvres m'ont laissé positivement perplexe...

Mais, en terme d'étonnement, le musée que nous avons visité par la suite n'avait rien à envier au MAC/VAL... L'exploradôme, conçu pour éveiller la curiosité des grands et des petits, a pour devise ; « il est interdit de ne pas toucher ». Un concept tout simplement génial et une salle pleine d'installations interactives qu'on nous invite à manipuler librement afin de faire nous même l'expérience de la science et de ses mystères !

DSC_0066.JPG

Nous nous sommes donc confrontés sans peur à la force centrifuge, la gravité, la matière phosphorescente, les ondes... Je ne sais pas combien de fois mes yeux ont brillé d'émerveillement et ma bouche s'est ouverte de surprise, mais il semblerait que se soit l'effet que provoque ce musée vraiment étonnant...

En tout cas, c'est là, entre tornade et miroir anti-gravité que notre séjour dans le Val-de-Marne s'est terminé...

A très bientôt pour de nouveaux voyages et de nouvelles images !

Coraline et Antoine

09:00 | Commentaires (2) | | |

mercredi, 30 mai 2012

Le Val-de-Marne : le château de Grosbois et les secrets de Cléopâtre

Notre aventure continue à Boissy-Saint-Léger. Après le château de Vincennes, c'est au tour du château de Grosbois, datant du 17ème siècle, de nous émerveiller ! De magnifiques dorures, des pièces gigantesques, de splendides peintures de chasse, de très belles tapisseries, des porcelaines (oui, ça paraît kitch maintenant mais à l'époque c'était hyper branché)... Enfin, je vous laisse admirer ça par vous-même grâce à cette petite vidéo !


Un objet du château a particulièrement attiré notre attention. Une mystérieuse table à jouer qu'on ne peut déplier que si l'on découvre la manière astucieuse de le faire... Intenable suspens, je sais, mais rien ne vous sera révélé (sauf si vous avez regardé notre vidéo, bien sur) ! La jeune femme qui nous guide nous conte aussi l'histoire du Maréchal Berthier, stratège de Napoléon, qui a habité le château et y organisait des chasses et des festivités.

DSC_0790.JPG

Nous avons ensuite traversé la salle des victoires de Napoléon (pleine de tableaux illustrant les conquêtes de ce dernier) et avons terminé notre visite par ce qui est pour moi la plus belle pièce du château : la bibliothèque. Jamais on avait vu de bibliothèque si impressionnante. Telle la Belle qui découvre la bibliothèque de la Bête (revoyez vos classiques) nous sommes restés bouche bée devant ces étagères contenant plus de 3000 ouvrages, devant les anciens manuscrits, les cartes, les tableaux et les statues présentes dans la salle.

DSC_0707.JPG

Le château de Grosbois se trouve dans un domaine de 410 hectares où l'on trouve également un centre d'entraînement hippique de réputation mondiale. Se promener dans cet endroit et croiser des cavaliers faisant trotter leurs chevaux provoque une drôle de sensation : on a le sentiment d'être dans une petite ville consacrée exclusivement aux trotteurs ! Cependant, on comprend pourquoi LE musée du trot français se trouve également dans ce domaine, au rez-de-chaussée du château. Un musée très intéressant, même pour ceux qui ne sont pas passionnés par le sport équestre.

DSC_0809.JPG

Mais revenons plutôt à nos moutons, ou devrais-je dire, à nos ânes ! Car oui ! C'est dans l'asinerie de Pierre Cousin, à Chennevières-sur-Marne, que le voyage continue... Curieux, nous avons écouté l'éleveur parler avec fierté et tendresse de Bohême, Cartouche ou encore Variane (ses ânesses, vous l'aurez deviné). Il nous a expliqué que contrairement à la tradition du « bonnet d'âne » et à l'expression « bête comme un âne », ces animaux sont des modèles d'intelligence, de courage et de loyauté. Initialement, on mettait d'ailleurs un « bonnet d'âne » aux élèves en difficulté, en espérant qu'ils s'imprègnent ainsi de la persévérance de l'animal !

DSC_0919.JPG

J'ai demandé ensuite pourquoi la reine Cléopâtre prenait son bain dans du lait d'ânesse. C'est alors que le grand secret fût révélé... En effet, il se trouve que le lait en question, qui se rapproche fortement du lait maternelle, est riche en vitamine E. Cette vitamine a des propriétés antioxydantes et lutte contre les dérivés réactifs de l'oxygène produits notamment par l'oxydation des acides gras et... Bref, c'est bon pour la peau quoi !

Enrichis par cette découverte, nous sommes partis à la rencontre des ânesses et avons même assisté à la traite de l'une d'entre elle. Quel plaisir de caresser le poil incroyablement pelucheux des nouveaux nés et de sympathiser avec ces adorables périssodactyles ! (Périssodactyle (n.m.) mammifère d'un ordre comprenant des animaux dont le pied repose sur le sol par un nombre impair de doigts, tels les équidés, le tapir ou le rhinocéros.) Ça vous en bouche un coin hein ?

DSC_0900.JPGSignalons aussi que Bohême, une jeune ânesse, n'a pas su résister au charme d'Antoine (qui se ressemble s'ass... hum, pardon). L'histoire raconte qu'ils vécurent heureux et eurent beaucoup de bébés ânons !

A demain pour de nouvelles aventures ! ;)

Coraline

09:00 | Commentaires (2) | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu