Avertir le modérateur

jeudi, 05 juillet 2012

Surfin' U.S.A

"if everybody had an ocean, across the U.S.A

then everybody'd be surfin', like Californ-I-A" - The Beach Boys

 

Dernier jour au pays des Beach Boys... Et pour clôturer notre séjour en beauté, direction Newport Beach ! Oui Newport Beach, la ville de la célèbre série TV dont les décors nous ont tous fait rêver au moins une fois (plus que le scénario en tout cas) ! ;)

 

 

Première étape, Balboa Island. Qu'on pourrait d'ailleurs surnommer le "Saint Tropez américain" car  la ressemblance est frappante ; on y voit des petites maisons au bord de l'eau et des bateaux accostés sur des petits pontons privés ou en train de naviguer dans la marina séparant Balboa Island de Newport Beach.

IMG_3961.JPG

Il y a aussi des ruelles avec des magasins, des petites plages où les enfants jouent pendant que les plus grands font du stand up paddle (sport qui consiste à être debout sur une planche de surf et à ramer pour avancer). Les maisons sont toutes fleuries et très décorées puisque la fête nationale américaine approche. Pour information, cette fête qui célèbre l'indépendance des États-Unis a lieu tous les 4 juillet (cf - les USA pour les nuls). Autant vous dire qu'on a croisé beaucoup de drapeaux américains et de « god bless america » ;)

IMG_3957.JPG

IMG_3963.JPG

Puis nous avons traversé la marina grâce à un ferry qui propose, pour seulement trois dollars, de faire passer les voitures et leurs passagers de Balboa Island à la péninsule d'en face ; Balboa Peninsula où se trouve la plage et surtout la célèbre jetée de Newport Beach ! Nous avons passé une bonne partie de l'après-midi entre les sexy girls, les playboys et les familles qui avaient pris soin d'emmener avec eux leur (grosse) glacière ! Antoine a profité d'une dernière baignade dans le Pacifique pendant que je faisais une sieste au soleil (aie aie aie les coups de soleil quand je me suis réveillée). 

IMG_4000.JPG

DSC_0541.JPG

En fin d'après-midi, nous sommes retournés vers Los Angeles pour voir... Hollywood Boulevard by night ! Juste à coté de là se trouvait le MOTEL 6 où nous voulions passer notre dernière nuit californienne... C'est assez incroyable de se dire qu'on peut trouver un hôtel à 40$ la nuit à seulement 5 minutes à pied d'Hollywood Boulevard (je vous défie de trouver une offre comme celle-ci près des Champs-Elysées). Nous avons donc sauté sur l'occasion, et profité de cette proximité pour faire une petite balade nocturne :)

DSC_0018.JPG

Bon, même si je crois que je n'aimerais pas habiter ici, je dois reconnaître qu'il y a des choses étonnantes à voir à chaque coin de rue ! Nous avons par exemple croisé un homme qui se baladait avec sept serpents sur lui et d'autres étaient déguisés en Batman, Joker ou Spiderman ! Il y avait aussi des figurines géantes de King Kong ou de Godzilla et les magasins étaient encore ouverts jusqu'à plus de 23 heures !

DSC_0022.JPG

Et bien sûr, nous n'avons pas pu échapper à la walk of fame, cette célèbre avenue pavée de plus de 2 000 étoiles sur lesquelles figurent les noms de célébrités de l'industrie du spectacle, honorées par la Chambre de Commerce de Los Angeles.

DSC_0002.JPG

Et c'est ici, entre l'étoile de Mickael Jackson et celle de Walt Disney que se termine notre très bon voyage ! God Bless California ;)

 

Coraline et Antoine

09:00 | Commentaires (3) | | |

lundi, 16 avril 2012

Bretagne Plein Sud : les activités sportives

Cap à l'Ouest, destination Bretagne Plein Sud ! Avec Antoine, nous avons passé quelques jours entre l'estuaire de la Loire et l'embouchure de la Vilaine, entre la baie de la Baule, la Presqu'île de Guérande et le Parc Naturel Régional de Brière.

Et pour se mettre en jambes, on commence par une petite session sportive !

Récemment distinguée en entrant dans le club très sélect des plus belles baies au monde, la Baie de la Baule (en plus d'être la plus belle plage d'Europe) est un terrain de sport exceptionnel : footing matinal ou vélo pour les terriens, planche à voile, skimboard ou surf pour les marins. Avec Antoine, nous nous sommes rendu au Pouliguen, au CNPBB (Cercle Nautique La Baule, le Pouliguen, Pornichet), un club de voile qui a accueilli quelques grands noms de la voile Française, notamment les frères Peyron, Pajot ou encore Loday. Ce jour là, ce sont une quarantaine de lycéens qui profitaient de la baie pour découvrir les subtilités de la navigation à bord de leurs catamarans oranges.

bretagne,bretagne sud,guérande,prsqu'île de guérande,la baule,nautisme,voile,bateau,mer,randonnée,brière,skimboard,surf,vague,bonne source,pornichet,golf,golf barrière la baule

Après un passage sur la plage de la Bonne Source de Pornichet, où nous découvrons le skimboard (un sport de glisse à mi-chemin entre le skateboard et le surf) nous retournons dans les terres, au coeur du Parc Naturel Régional de Brière : à seulement quelques kilomètres de la côte, le changement de paysage et d'ambiance est saisissant ! Là, nous partons en randonnée, à la découverte du marais. La Brière est une des zones humides les plus étendues de France, qui a la particularité co-gérée par les habitants des 21 communes qui l'entourent.

bretagne,bretagne sud,guérande,presqu'île de guérande,la baule,nautisme,voile,bateau,mer,randonnée,brière,skimboard,surf,vague,bonne source,pornichet,golf,golf barrière la baule

Enfin, nous rejoignons le Golf International Barrière de la Baule, impressionnant par sa démesure : il ne s'agit pas d'un simple 18 trous, mais d'un 45 trous ! Plus précisément, deux parcours de 18 trous et un parcours de 9 trous partent du Club House, soit un parc de 220 hectares, ce qui en fait le plus grand golf de France ! Et si les chiffres impressionnent, le cadre est aussi incroyablement beau et bien entretenu, et une attention toute particulière est portée à l'apprentissage, avec l'Académie Lucien Barrière, une référence.

bretagne,bretagne sud,guérande,prsqu'île de guérande,la baule,nautisme,voile,bateau,mer,randonnée,brière,skimboard,surf,vague,bonne source,pornichet,golf,golf barrière la baule

Demain, nous nous intéresserons au patrimoine exceptionnel de ce territoire, en partant à la découverte, entre autres, de La Roche-Bernard et de Guérande.

Sylvain

09:30 | Commentaires (1) | | |

mardi, 10 janvier 2012

Kangaroo Island

Le décalage horaire nous a cloué au lit. Si Antoine a fait copier-coller, il a donc du se retrouver les bras en croix, même position que la veille, la bouche béante, le pli de l'oreiller gravé sur la joue droite, l'épi capillaire droit comme jamais.

Mais à 6h du matin, les oiseaux ont eu raison. Il était l'heure, le soleil à l'Est de la baie vitrée. Des couleurs d'une autre partie de planisphère. Des aurores teintées de peintures inconnues, simples et si puissantes. On devine qu'au sud de notre côte, les seules terres possibles sont nimbées de blanc, de banquise. Au sud de notre plage, là, à "quelques" clapots, c'est l'Antarctique. Et le ciel au dessus si pur.

IMG_0292.jpg

Les Ganas piaffent. De vraies envolées lyriques. Ils ressemblent à des perruches, blancs et roses, la houppette au garde à vous. Terriblement sociaux, incroyablement bavards. La faune est là, Kangaroo Island nous invite, et si les hommes y ont dessiné quelques routes et saupoudrés quelques maisons, c'est mieux pour préserver le cadre comme un parc national.

Paul sera notre guide. Son 4x4 connait chaque coin de cette ile de 100kms de long sur 50 de large.



Routes goudronnées et pistes roulantes. Tout est droit, les virages semblent un luxe. Notre guide est compréhensible. Son accent nous soulage. Il a abandonné son travail de fonctionnaire sur le "main land" depuis 4 ans. Pour se réfugier ici. Pour renouer avec ce cadre, celui où il avait respiré ses premières années d'enfance.

L'ile est une réserve. 150 kms de long pour 55 de large. 4000 habitants à l'année, des petits hameaux de maisons qu'ils appellent "ville", disséminés un peu ici, un tout petit peu là.

Et des eucalyptus partout. Des forêts entières de cette essence à l'allure singulière.

Un Toiry à grande échelle. Sans barrière, sans haie. Juste la nature comme terrain de vie pour animaux d'antipodes.


On s'attendait à voir les premiers kangourous frais et gaillards. Comme ceux dessinés -silhouette noire- sur les panneaux de signalisation jaunes. Mais c'est sur le bas coté de la route que l'on aperçoit les premiers. Malheureusement morts. Renversés par les autos. Ils sont si nombreux ici. Pas farouches, habitués à sortir la nuit plus qu'à s'aventurer de jour, à franchir le bitume pour chercher leur pitance. Faire attention à rouler la nuit, l'éviter au possible, voilà l'une des règles de conduite de l'ile. Mais des specimen bien plus vivants apparaissent bientôt. Et tout le voyage est là. L'image d'Epinal en chairs et en bonds. Le galop monté sur ressort.

Kangaroo Island.jpg

Les kangourous aux fourrures plus fauves que les wallabies, eux gris et plus petits. On les devine, avec leur démarche de zébulon, dans les étendues moins boisées.

La route nous mène sur Seal Bay Conservation Park, au sud de l'ile.


Une réserve de dunes. Au delà, le front de mer. Et une colonie d'otaries qui vit à l'année, plage de sable gris clair comme résidence. Une réserve que l'homme visite encadrée de guides. Car le cérémonial est imparable, ne pas s'approcher, rester en alerte, les animaux se déplacent vite, leur caractère pas toujours amical. Les petits ont le cri rauque, le cou tendu, en attente de leur mère partie en pêche. Les mâles s'enguosillent, fanfaronnent. La force physique acteur majeur pour être dominant, s'approprier le maximum de femelles.

Seal Bay Conservation Park.jpg

Le spectacle est immuable, le soleil un peu timide aujourd'hui. Mais bain de chaleur nécessaire pour eux, car peau trop fine et la chaleur des rayons nécessaire. 

On s'éloigne, les squales n'ont pas montré d'aileron durant notre demi heure. Ils jalonnent sans doute le loin, forcément. Les otaries comme nourriture hypothétique… Ca s'appelle la chaîne alimentaire. Pas gai, mais nécessaire.

20 kilométres de gasoil plus loin, une autre baie, pointe ouest de l'ile.

Cap Couedic.jpg

Le Cap Couëdic. Un nom breton, hommage à l'un des découvreurs des lieux. Une arche dans la falaise, Admiral Arch, creusée en mode Etretat. Les paquets de mer qui battent l'endroit. Et des phoques, en contrebas, voisins des otaries, un brin plus patauds, qui se dandinent d'un rocher à l'autre. A deux pas, juste à une centaine de mètres, deux fines landes de terre. Sauvages, perdus juste là. Ce sont les dernières terres avant les côtes encore plus australes, l'Antarctique.


Un autre saut, plus loin, sur les "Remarkable Rocks". Des rochers de granit de 600 millions d'années, reliquats d'une autre aire. Au dessus de l'océan, presque en équilibre. Des énormes blocs dessinés par les vents, la pluie, le ressac. Des formes douces ou acerbes. Des couleurs fluctuantes, selon les notes du ciel.

Remarkable Rocks.jpg

L'après midi coure. Et Paul qui voulait nous emmener voir des koalas s'inquiète des heures qui tournent. Lui qui prévoyait de nous faire découvrir par nous même, au beau milieu des eucalyptus ces peluches d'animaux. Le soleil décline, la conduite sera dangereuse d'ici peu (les animaux qui traversent). On opte pour une autre alternative: un parc où des émeus, des kangourous, wallabies, koalas sont en liberté surveillée. Un concentré de faune locale. Et donc un concentré de faune du continent, en fait si on y songe.

 

Kangaroo Island (2).jpg

Car Kangaroo Island est un bestiaire formidable de toute l'Australie. Tous les animaux de ce pays-continent se retrouvent ici, dans cette ile-réserve entourée d'océan, ceux qui volent, marchent, nagent. Tous, même les ornithorynques ! Ces mammifères différents. Bec de castor, mi terrestre, mi aquatique, qui pond des oeufs. Ceux que Antoine idolâtre. Il s'était fait une ligne de conduite d'en approcher. Oui mais… Paul en 4 ans d'expérience n'en ont rencontré qu'une fois. Alors nous… Antoine a la moue des mauvais jours. La tristesse le gagne, les larmes ne sont pas loin… Il boude presque, ferme ses petits poings de dépit, cette épreuve de vie trop dure à assumer.. (oui euh… en fait nan… il est grand dans sa tête il sait gérer… ok j'extrapole… pas faux… mais il a crée un groupe facebook, le bougre, c'est dire!!… mérite le respect tout ça. Il se faisait une joie.)


Chris nous accueille à notre retour. Le propriétaire de notre maison d'hôtes, Wanderers Rest. La moustache à la Yann Arthus Bertrand, les cheveux en option. Un repas avec lui à déguster du kangourou (morceaux taille fondue bourguignonne, sur le grill, forcément saignant) et une escapade dans les dunes de Penneshaw, expédition à guetter la nuit tombée les pingouins qui remontent se nicher.

Les animaux se dandinent dans la torche rouge. Petits, mignons, touchants.

 

australie du sud,australie,kangaroo island,kanourou,koala,faune,faune australienne,voyage,tourisme,ile,reserve,nature,mer,ocean,otarie,phoque

Il est tard. 

Nos carcasses toujours pas remis du décalage se dandinent aussi.

L'heure du sommeil. 


A demain !


François-Xavier

 

08:00 | Commentaires (1) | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu