Avertir le modérateur

samedi, 21 mai 2011

Arrivée à bon port : Saint Gilles

Hello !
Dernier jour de notre croisière sur Le Boat. Aujourd'hui on visite Saint-Gilles


.

Ce matin nous nous sommes levés très tôt pour pouvoir profiter d'un dernier lever de soleil sur le canal. Puis les vélos enfourchés, nous partons découvrir Saint Gilles.

st gilles.jpg

Petite pause à l'office de tourisme pour prendre le plan de la ville et nous nous enfonçons dans les ruelles du coeur historique. L'ambiance est plutôt nonchalante, les gens ont l'allure tranquille et n'ont pas l'air de se presser pour aller travailler ! Ce doit être le soleil qui tape déjà bien fort.

abbatiale.jpg

Nos déambulations nous conduisent rapidement à l'abbatiale de Saint-Gilles, imposante église romane qui date du XIIème siècle mais qui a subit des démolitions pendant les guerres de religions au XVI°. Toute sa voute a donc été détruite puis reconstuite dans un style gothique au XVII°.

crypte.jpg

En revanche, toute la partie basse de l'abbatiale a été conservée, on l'appelle aussi la crypte de St Gilles car elle contient son tombeau. La légende raconte que Saint Gilles était un ermite qui vivait dans la vallée Flavienne, non loin d'ici. Il avait pour seule compagnie une biche qui le nourrissait de son lait. Un jour, lors d'une chasse, la biche fut poursuivie par le Roi Wamba et veint se réfugier près de son compagnon ermite. Le roi découvrit alors qu'il avait bléssé St Gilles d'une de ses flèches, pour se faire pardonner, il lui offrit la vallée Flavienne pour y construire un monastère. C'est cette abbatiale qui vit alors le jour ! Le culte de St Gilles se répandit rapidement dans le monde et en 1050, son abbatiale devient un des 4 plus grands sites de pelerinage chrétien avec Jerusalem, Rome et St Jacques de Compostelle.

spectre.jpg

Nous faisons une étrange rencontre dans cette crypte. Une femme médium et un homme magnétiseur arpentent le lieu avec un pendule à la main en touchant les murs. Le monsieur me montre des photos qu'il vient de prendre dans la crypte sur lesquelles apparaissent 3 silhouettes blanches autour d'un saint et une photo de lui où il a l'air d'être un spectre... La médium quant à elle ressent des présences de druides, de templiers mais aussi de massacres sanglants ! Rrrrrr ça fiche la trouille, je préfère la légende de St Gilles !

tour.jpgUne autre particularité de cette abbatiale est sans doute l'escalier à vis qu'il reste dans une petite tour encore debout derrière l'eglise. La technique utilisée unique au monde pour l'époque, réside dans le fait que toutes les pierres sont taillées pour former la courbe de l'escalier mais aussi pour faire en sorte qu'elles soient toutes auto-bloquantes. Pas de ciment, les pierres sont posées les unes sur les autres et ça tient depuis près de mille ans !

Retour sur Clipper, il est temps de faire un peu de rangement car c'est ici que s'arrête notre périple !
Je vous dit à tout bientôt, ici ou là, on verra bien !

Bye


Julie

08:00 | Commentaires (1) | | |

vendredi, 20 mai 2011

La petite Camargue

Hello !

Aujourd'hui balade à Aigues-Mortes et navigation jusqu'à notre point final : Saint Gilles.



Encore une fois, il fait déjà beau et chaud quand nous nous réveillons à bord de Clipper. On prend un petit dèj sur le pont et nous nous équipons pour partir à la découverte d'Aigues-Mortes. La ville se réveille tranquillement, les commerçants ouvrent leur boutique et c'est l'heure du petit café en terrasse avant de se mettre au boulot.

gateaux.jpg

On passe devant la biscuiterie La Cure Gourmande qui vend les fameuses navettes, sablés du Sud de la France en forme de petite barque et parfumés à la fleur d'oranger. Un paradis de la gourmandise où tous les gâteaux sont exposés en pyramides de tentation !

aigues2.jpg

On se balade dans les rues de la citée fortifiée dont les murs qui l'entourent font plus de 11m de haut ! Une forteresse imprenable depuis le XIIIème ! Mais Aigues-Mortes c'est avant tout un port que l'on fit construire pour Louis IX pour son départ en croisades depuis la méditerrannée.
Ici, c'est le pays des Camarguais, l'accent chante dans les rues et partout on voit des têtes de taureaux, de chevaux et des hommes burinés qui portent des chapeaux de cow-boy.

On croise aussi l'emblème de la Camargue gravé un peu partout dans les murs, une croix avec des pics de guardians, une encre et un coeur. 3 symboles qui représentent 3 valeurs des camarguais : foi, espérence et charité, c'est un ancien guardian qui nous l'a dit, alors on le croit ! Petit tour place Saint Louis, la place centrale avec tous les restos et l'imposante statue de Saint Louis.

arene.jpg

Retour sur le bateau, on se dirige vers Saint-Gilles. En chemin, on fait une petite halte à Gallician, un village typique de camarguais mais à l'heure de la sieste et sous la cania, personne à l'horizon. On tombe sur une arène ... vide aussi.

chevaux.jpg

La navigation qui suit nous plonge dans les paysages camarguais. Roselières à perte de vue, manade de taureaux et chevaux camarguais. Tout y est  ! ça y est nous sommes en petite Camargue !

A demain
Bye
Julie

10:36 | Commentaires (3) | | |

mercredi, 18 mai 2011

Jour 2 : d'un canal à l'autre, vers la Camargue

Hello !

Notre croisière avec Le Boat continue, notre deuxième jour sur l'eau en vidéo :


9h du matin, il fait déjà très chaud sur l'eau et nous quittons le petit port de Maseillan. Le programme de la matinée : traverser l'étang de Thau.Nous avons de la chance, le vent ne souffle pas et la mer est d'huile donc le capitaine nous a autorisé la traversée. Mais il arrive que ce passage soit périlleux, un plaisancier que nous avons croisé hier nous racontait qu'il lui est arrivé d'avoir très peur sur l'étang de Thau tellement le vent avait formé des grosses vagues ! Et un bateau comme le notre n'est vraiment pas fait pour tenir la mer ! Alors avant de se lancer sur cet étang, mieux vaut appeler la météo ou demander au capitaine du port.

etang.jpg

La balade sur l'étang dure au moins 2h. C'est super beau, du bleu partout au-dessus et au-dessous du bateau ! L'ambiance est complètement différente de celle d'hier, après la campagne, on se croirait en mer. Et pourtant ce n'est pas vraiment la mer. L'étang de Thau est un mélange d'eau douce et d'eau salée à l'équilibre écologique fragile car l'eau se renouvelle très rarement. C'est l'endroit idéal pour la production ostréicole. Tout le chenal que nous empruntons est bordé de parcs à huitres et dans cette lumière du matin, c'est sublime !

huitres.jpg

La navigation avance bon train et nous passons devant le Mont Saint Clair sur lequel est construite la ville de Sète connue pour avoir donné naissance à Georges Brassens. Justement c'est devant Sète que nous quittons l'étang et le canal du Midi pour rejoindre le Canal du Rhône à Sète.

Mont St clair.jpg

Finies les étendues bleues, nous revoilà sur un petit canal étroit. A partrir d'ici les bateaux que nous croisons sont prioritaires car le sens conventionnel de navigation est en direction de Sète. On passe un mini village avec des minis maisons juste au bord du Canal. C'est la Peyrade. Chaque maison a l'air d'avoir son petit bateau amarré devant sa porte, c'est mignon !

peyrade.jpg

La suite du parcours jusqu'à Frontignan n'est pas très glamour, on longe la nationale entre les usines. Mais ça ne dure pas longtemps, ouf, voilà !

On fait escale pour aller découvrir à pied cette ville dont le nom résonne comme une bonne bouteille de Muscat ! Sur la place du village, nous croisons 3 petites vieilles qui nous indiquent une cave de Muscat de Frontignan où nous pourrons sans doute faire une petite dégustation.

vieilles.jpg

On en profite pour faire un tour dans la ville et on finit par trouver la cave du Domaine de Peyronnet. C'est Alain qui nous reçoit dans l'ancien atelier de forgeron de son arrière grand-père. Chez les Peyronnet, on fait du Muscat depuis 1936 et on aime ça ! Il nous raconte un peu son histoire et les particularités de son muscat qui est fait avec amour en prennant soin de chacun des grains de ses 12 hectares ! Il nous raconte aussi la légende de la fameuse bourteille torsadée du Muscat de Frontignan. C'est Hercule, un jour perdu dans la garigue qui a demandé à boire aux habitants de Frontignan. Ceux-ci n'avaient que du Muscat sous la main, ils lui ont donné une bouteille. Hercule l'a vidé d'un trait et l'a même préssé pour en extraire la dernière goutte ! Et depuis la bouteille est torsadée ! Belle légende !

A demain,
Bye
Julie

 

10:25 | Commentaires (0) | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu