Avertir le modérateur

jeudi, 01 mars 2012

Le Pays Horloger en hiver

Cet été, j'étais parti me promener dans l'Est de la France, à la frontière de la Suisse, dans le Pays Horloger… Vous vous souvenez ? Bon. Au cas où, voici de quoi vous rafraichir la mémoire : mon article est à lire ici ! ;)

 

En tout cas, vous l'aurez deviné, je suis retourné la semaine dernière dans ce petit coin du Jura, et encore une fois, j'ai essayé de vous ramener de belles images. Voici donc la vidéo de mon séjour hivernal dans le Pays Horloger :

 

 

1er jour : 

 

De la neige. Partout de la neige. Depuis que je suis descendu du train à Morteau, je ne vois que ça. Du blanc, du blanc, du blanc.

Mon voyage commence par une rencontre. La rencontre de Christian Monnet et de sa famille, autour d'un simili petit déjeuner café-saucisse de Morteau. Il est 9h du matin. Voilà pour l'ambiance. Bienvenu au pays ;)

Le cadre ? Le gîte du Meix Lagor, au coeur du Pays Horloger. D'anciens greniers restaurés et aménagés par Christian pour accueillir les visiteurs. Surtout des groupes d'amis venus passer quelques jours "au vert" (ou "au blanc", selon la saison) dans cette grande demeure. Comme entrée en matière c'est idéal. Une ferme typique de la région, nichée au coeur d'une nature omniprésente ; et des amoureux, des passionnés de leurs pays, intarissables sur les richesses de cette région un peu trop méconnue à leurs yeux…

Meix Lagor.jpg

Une dernière tranche de saucisse et je quitte mes hôtes. La matinée s'avance doucement et je veux profiter de cette belle neige pour me promener, redécouvrir cette région que j'avais parcouru cet été, il y a à peine 6 mois, et qui me semble complètement inconnue, ainsi recouverte de ce manteau de neige. Je ne reconnais plus rien. Mes maigres repaires ont disparu avec les flocons. En plus, il neige dru. Encore moins facile de s'y retrouver sous cette neige qui n'en finit pas de tomber ! Je croise tout de même quelques courageux qui profitent de l'aubaine pour chausser skis et raquettes. Pour ma part, je continue ma balade, soucieux d'enrichir ma collection de photographies de fermes comtoises de nouveaux clichés…

photo 2.jpg

En début d'après-midi, je me rends à Morteau. J'ai prévu d'y visiter le Musée de l'Horlogerie ! Et oui, impossible de venir découvrir le pays horloger sans un passage dans ce musée… Le Musée de l'Horlogerie est l'oeuvre de Constant, incroyable personnage qui s'occupe encore des visites guidées de l'établissement. Depuis 30 ans, Constant récupère, répare, nettoie, et dispose dans son musée des pièces d'horlogerie. Un passionné le Constant. Un toqué d'horlogerie comme il dit lui-même. Mais au delà de l'horlogerie, ce qu'il aime, c'est parler des gens qui ont fait l'horlogerie dans ce petit pays à la frontière de la Suisse. Les paysans qui devaient s'occuper l'hiver, et qui travaillaient les pièces des montres "à la fenêtre". C'est ainsi que le pays s'est peu à peu spécialisé dans cet artisanat, c'est comme ça qu'il est devenu le "pays horloger".

musée horlogerie.jpg

Le Pays Horloger très bien. Mais pour moi, Morteau, c'est surtout la saucisse, non ?! Je quitte donc Constant à la recherche de ma fameuse saucisse… Des artisans salaisonniers, dans la ville de Morteau aujourd'hui, il n'en reste qu'un ! Il n'en reste qu'un, mais c'est un bon… Un champion même ! Le Sebastien Loeb de la saucisse de Morteau ! Des récompenses, des médailles, il en a reçues quelques unes monsieur Bouhéret ! En plus d'être talentueux, l'homme est d'une gentillesse et d'une amabilité exceptionnelle. Vous l'aurez compris, c'est le rendez-vous incontournable pour les amateurs de saucisses, noix de porc, et autres langues de boeuf ! ;) 

saucisses.jpg

Puisque je suis dans une thématique "culinaire", autant aller jusqu'au bout ! Direction Bonnétage donc, où, après Constant, je fais la connaissance d'un autre "toqué". Et sous la toque, un jeune chef, Jacques Barnachon de l'Etang du Moulin, une étoile au guide Michelin… Autant vous dire que la soirée a été très bonne ! ;)

 

2ème jour :

 

Ce matin, il ne faut pas trop trainer. Mon objectif de la matinée est de visiter une fruitière ; l'endroit où l'on fabrique le fromage, où l'on transforme le lait en un succulent Comté, à quelques kilomètres de l'Etang du Moulin où j'ai passé la nuit. 

 

8 heures pétantes, me voilà devant la porte de la fruitière. Le fromager est là depuis un bon moment déjà. Sa journée a commencé vers 5 heures du matin, j'arrive donc pour la fin du processus de fabrication des fromages. Encore une fois j'apprends beaucoup de choses sur ce métier très particulier, sur la production du comté. A la fruitière de Grand'Combe des Bois, on travaille avec des producteurs de lait des environs. Et du lait, il en faut ! 400 litres pour faire une meule de 40 kg… Ici, on produit 20 meules par jour, 7 jours sur 7 (les vaches ne connaissent pas les week-ends). Je visite la cave où les meules restent une quinzaine de jours avant de partir chez des affineurs, et très rapidement je négocie une séance de dégustation du fameux comté ! Un pur délice… :)

comté.jpg

Après le comté, le restaurant étoilé et la saucisse de Morteau, il est temps pour moi de faire une activité physique ! Et ça tombe bien, cet après-midi j'ai rendez-vous avec Patrick, qui m'avez emmené sur les "traces des chamois" cet été. Cette fois-ci, mon guide m'emmène, en compagnie d'un petit groupe, pour une sortie raquette dans la neige, à travers les combes jurassiennes… Alors c'est parti pour 3 heures à crapahuter dans la neige, à gravir les crêts, à se croire seuls au milieu d'une nature sauvage et immense, à profiter du silence, à descendre les pentes en courant comme des gamins. Une randonnée magnifique, épuisante et enrichissante grâce au savoir de Patrick qui nous explique tout de ce que nous voyons… La géographie, la faune, la flore. Le Pays Horloger ne semble pas avoir de secrets pour cet homme, qui en est un formidable ambassadeur :)

rando raquette 2.jpg

Et voilà, c'est fourbu mais heureux que mon voyage dans le Pays Horloger se termine !

Alors à bientôt pour de nouvelles images :)

 

Antoine

11:26 | Commentaires (1) | | |

mercredi, 15 juin 2011

Du donjon de Laval à l'abbaye de Port du Salut : 2ème jour en Mayenne

Notre deuxième jour en Mayenne nous conduit aujourd'hui dans les ruelles de la préfecture de Laval, une ville médiévale splendide. Nous nous promenons dans le bourg castral avant de gagner le château, lové sur son éperon rocheux.  On découvre la suite en vidéo:


Après une visite du musée du château de Laval dédié au courant d'art naïf (Laval est aussi la ville du Douanier Rousseau). Nous grimpons au sommet du donjon. Dix siècles d'histoire ont façonné cette imposante tour. Monument défensif, elle abrita également une bibliothèque et servit même de prison pendant la révolution française.

vieuxlaval1.jpg

En début d'après-midi, nous terminons notre déjeuner à la fromagerie Bio du Maine. Ce nouvel établissement a fait le pari de réunir les meilleures coopératives laitières de la région. Les vaches ont été particulièrement chouchoutées. Nous ne résistons pas à l'occasion de déguster un morceau d'Entrammes, une recette inédite de fromages au lait cru ! L'Abbaye de Port-du-Salut qui en assurait la fabrication a complètement changé d'activité.

fromagerie.jpg

Pour en avoir le cœur net, nous avons rencontré le père Joseph à l'Abbaye de Port-du-Salut. Sa nouvelle spécialité, c'est l'énergie. Spirituelle lors des prières et des offices dès 4h30 chaque matin. Mais aussi électrique: le père Joseph supervise une centrale hydro-électrique accolée à l'abbaye sur les rives de la Mayenne.

 

perejoseph.jpg

Un moine avec une main dans la Bible, une autre dans le cambouis.  Et une formidable rencontre qui conclut cette belle journée de découverte à travers la Mayenne.

A demain!

Manon

 

08:00 | Commentaires (3) | | |

samedi, 09 octobre 2010

Dernier jour, à l'Aube de la Champagne-Ardenne !

Dernière vidéo de notre voyage itinérant de 5 jours en Champagne-Ardenne. C’est dans le département de l’Aube, la tête pleine de souvenirs et de rencontres, que nous quittons cette magnifique région :



Hors de question de quitter la Champagne-Ardenne sans avoir goûté aux spécialités locales ! Chose dite, chose faite, nous prenons la direction de la route du Champagne.

En chemin, nous nous arrêtons à Bayel pour visiter la Cristallerie Royale de Champagne. Une visite très complète qui nous a permis de découvrir des métiers étonnants : souffleurs de verre, tailleurs, graveurs…

DSC08507.JPG

Première étape gastronomique aux Riceys, seul village en France à posséder 3 appellations d’origine contrôlée (le coteaux-champenois, le champagne et le rosé des Riceys), pour une dégustation de vin.

DSC08578.JPG

Une mise en bouche qui nous met appétit. Nous reprenons la route vers Chaource pour goûter son fameux fromage. Maël n’étant pas très fan de fromage, je me fais un plaisir de piquer dans son assiette...

Petite balade digestive à la forêt d’Orient. Un parc naturel avec un espace faune où il est possible d’observer des élans, des sangliers et des aurochs.

Dernière escale à Troyes, la capitale historique de la Champagne. Une ville au patrimoine très riche ! Les maisons à pans de bois sont vraiment superbes :

DSC08606.JPG

Maël m’emmène aux Crieurs de Vins, un restaurant très convivial en plein cœur du vieux centre ville. Le patron nous fait gouter ses meilleurs champagnes (encore !) et l’incontournable andouillette de Troyes.

Derniers instants gastronomiques... c’est avec un peu de nostalgie que nous quittons la Champagne-Ardenne. Une région pétillante, très riche en Histoire et avec de magnifiques paysages !

A bientôt !

Antoine

14:51 | Commentaires (5) | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu