Avertir le modérateur

mercredi, 30 mai 2012

Le Val-de-Marne : le château de Grosbois et les secrets de Cléopâtre

Notre aventure continue à Boissy-Saint-Léger. Après le château de Vincennes, c'est au tour du château de Grosbois, datant du 17ème siècle, de nous émerveiller ! De magnifiques dorures, des pièces gigantesques, de splendides peintures de chasse, de très belles tapisseries, des porcelaines (oui, ça paraît kitch maintenant mais à l'époque c'était hyper branché)... Enfin, je vous laisse admirer ça par vous-même grâce à cette petite vidéo !


Un objet du château a particulièrement attiré notre attention. Une mystérieuse table à jouer qu'on ne peut déplier que si l'on découvre la manière astucieuse de le faire... Intenable suspens, je sais, mais rien ne vous sera révélé (sauf si vous avez regardé notre vidéo, bien sur) ! La jeune femme qui nous guide nous conte aussi l'histoire du Maréchal Berthier, stratège de Napoléon, qui a habité le château et y organisait des chasses et des festivités.

DSC_0790.JPG

Nous avons ensuite traversé la salle des victoires de Napoléon (pleine de tableaux illustrant les conquêtes de ce dernier) et avons terminé notre visite par ce qui est pour moi la plus belle pièce du château : la bibliothèque. Jamais on avait vu de bibliothèque si impressionnante. Telle la Belle qui découvre la bibliothèque de la Bête (revoyez vos classiques) nous sommes restés bouche bée devant ces étagères contenant plus de 3000 ouvrages, devant les anciens manuscrits, les cartes, les tableaux et les statues présentes dans la salle.

DSC_0707.JPG

Le château de Grosbois se trouve dans un domaine de 410 hectares où l'on trouve également un centre d'entraînement hippique de réputation mondiale. Se promener dans cet endroit et croiser des cavaliers faisant trotter leurs chevaux provoque une drôle de sensation : on a le sentiment d'être dans une petite ville consacrée exclusivement aux trotteurs ! Cependant, on comprend pourquoi LE musée du trot français se trouve également dans ce domaine, au rez-de-chaussée du château. Un musée très intéressant, même pour ceux qui ne sont pas passionnés par le sport équestre.

DSC_0809.JPG

Mais revenons plutôt à nos moutons, ou devrais-je dire, à nos ânes ! Car oui ! C'est dans l'asinerie de Pierre Cousin, à Chennevières-sur-Marne, que le voyage continue... Curieux, nous avons écouté l'éleveur parler avec fierté et tendresse de Bohême, Cartouche ou encore Variane (ses ânesses, vous l'aurez deviné). Il nous a expliqué que contrairement à la tradition du « bonnet d'âne » et à l'expression « bête comme un âne », ces animaux sont des modèles d'intelligence, de courage et de loyauté. Initialement, on mettait d'ailleurs un « bonnet d'âne » aux élèves en difficulté, en espérant qu'ils s'imprègnent ainsi de la persévérance de l'animal !

DSC_0919.JPG

J'ai demandé ensuite pourquoi la reine Cléopâtre prenait son bain dans du lait d'ânesse. C'est alors que le grand secret fût révélé... En effet, il se trouve que le lait en question, qui se rapproche fortement du lait maternelle, est riche en vitamine E. Cette vitamine a des propriétés antioxydantes et lutte contre les dérivés réactifs de l'oxygène produits notamment par l'oxydation des acides gras et... Bref, c'est bon pour la peau quoi !

Enrichis par cette découverte, nous sommes partis à la rencontre des ânesses et avons même assisté à la traite de l'une d'entre elle. Quel plaisir de caresser le poil incroyablement pelucheux des nouveaux nés et de sympathiser avec ces adorables périssodactyles ! (Périssodactyle (n.m.) mammifère d'un ordre comprenant des animaux dont le pied repose sur le sol par un nombre impair de doigts, tels les équidés, le tapir ou le rhinocéros.) Ça vous en bouche un coin hein ?

DSC_0900.JPGSignalons aussi que Bohême, une jeune ânesse, n'a pas su résister au charme d'Antoine (qui se ressemble s'ass... hum, pardon). L'histoire raconte qu'ils vécurent heureux et eurent beaucoup de bébés ânons !

A demain pour de nouvelles aventures ! ;)

Coraline

09:00 | Commentaires (2) | | |

jeudi, 15 septembre 2011

Ecotourisme du Marais Poitevin à La Rochelle

C'est déjà la dernière étape de notre voyage. Du Marais Poitevin à La Rochelle, à vélo, en barque ou en voiture électrique, l'écotourisme se fait nature et citadin.

Pour ce qui est du tourisme vert, le Marais Poitevin n'a pas son pareil : nous émergeons au Camping de la Venise Verte, à Coulon (dans les Deux-Sèvres) - un camping qui se démarque aussi par son écolabel Européen - . Avec Antoine, nous enfourchons des vélos du camping pour partir à la découverte du Marais Poitevin. De bon matin, nous avons la chance d'observer des faisans. Si la chasse n'est pas ouverte, nous croisons des pêcheurs, adepte du "No Kill" : de la pêche sportive où le plaisir se trouve dans le combat avec le poisson plus que dans l'assiette, les poissons étant systématiquement rejetés à l'eau. Belle prise, non ?

peche, pecheur, poisson, marais poitevin

Parce que découvrir le Marais Poitevin sans se balader en barque, c'est comme aller pour la première fois au Louvre sans avoir vu la Joconde, nous voilà partis à bord d'une plate, que dirige de main de maître notre guide-batelier. Grâce à sa pigouille (la perche avec laquelle il se dirige) qu'il a taillé lui même étant petit, l'enfant du pays nous dirige entre le canal principal, les conches plus étroites, et la Sèvre Niortaise. Entre anecdotes d'enfance et partage de connaissances sur la richesse écologique du marais, nous parcourons ainsi quelques kilomètres. Le surnom de Venise Verte vient de l'épaisse couche de lentilles qui recouvre les canaux. Pour l'explication du méthane, je vous laisse regarder la vidéo !

marais poitevin, promenade, barque, poitou,

Après l'écoutourisme coté champs, voilà l'écotourisme côté ville : au terme de notre escapade, Antoine et moi arrivons pour une après-midi à La Rochelle. Et en ville, on peut flâner éco-responsable ! Il faut dire que La Rochelle est une ville particulièrement bien préparée à accueillir des éco-touristes. Du port à l'aquarium jusqu'aux plages, des vélos sont en libre service dans toute la ville, mais surtout une seule carte vous permet de passer du vélo, au bateau-relais, en passant par la yélomobile ! En tout cas, pour passer de l'autre côté, le bateau-relais (en jaune) n'est pas mal placé.

larochelle.jpg

Notre semaine spéciale éco-tourisme s'achève donc en Poitou-Charentes, après avoir parcouru l'Eure. De toutes les activités que nous avons faites, je retiendrai avant tout l'implication sincère, entière des professionnels que nous avons rencontré en faveur d'un tourisme plus respectueux de l'environnement.

Alors, qui se met au vert ?

Sylvain

08:00 | Commentaires (11) | | |

mercredi, 14 septembre 2011

Ecotourisme : Bio et zoo en Poitou-Charentes

Après l'Eure, c'est en région Poitou-Charentes que notre séjour écotouristique se poursuit. Au programme aujourd'hui : un tour de voiturette électrique, une session jardin et cuisine bio, des cabanes dans les arbres, une ferme environnementale et un zoo pas comme les autres.



A Lussac-Les-Châteaux, on se prélasse à l'hôtel-restaurant Les Orangeries. Cet hôtel de charme (et ce n'est pas un vain mot) a comme particularité d'être le premier hôtel français à avoir reçu l'Ecolabel Européen. Au delà de l'étiquette, on sent que la direction comme les employés partagent bonne humeur et éthique écolo. On emprunte la voiturette électrique pour retrouver le jardinier-cuisto en pleine cueillette de fruits et légumes, pas peu fier de l'évolution de ses plantations, ni de son talent persuasif auprès des jardiniers alentours pour leur faire abandonner les pesticides. 

Poitou-Charentes-Lussac-JardinBio.jpg

On l'accompagne ensuite en cuisine transformer ces produits : je m'occupe des pêches, Antoine des tomates. La carte s'adapte aux saisons, et lorsque les aliments ne viennent pas du jardin, ils viennent de producteurs bio et des AMAP (associations pour le maintien d'une agriculture paysanne) environnants.

Avant de se rendre à Zoodyssée, nous faisons une première halte au parc de Floral de la Belle, à Magné, où nous déjeunons. En plus d'être entretenu de manière raisonnée, le parc accueille aussi une dizaine de cabanes aménagées dans les arbres.

poitou,charentes,lussac,voiture electrique,orangeries,bio,voyage,ecotourisme,zoo

Nous arrivons ensuite à Zoodyssée : dans la forêt de Chizé, ce parc animalier regroupe quelques 500 espèces animales issues exclusivement de la faune sauvage européenne : loutres, loups, reptiles, cerfs, bisons et bien d'autres représentants de notre biodiversité continentale évoluent sur quelques 25 hectares. A la fois réserve et zoo, le fonctionnement même du parc s'articule autour du respect de l'environnement, comme en témoigne leur certification ISO 14 001, une première pour un parc animalier. Avec Antoine, on est impressionnés par les dreadlocks des baudets, mais aussi de trouver des espèces (notamment des reptiles) qui semblent exotiques alors qu'elles ne le sont pas ! La preuve en image :

poitou,charentes,lussac,voiture electrique,orangeries,bio,voyage,ecotourisme,zoo

Une chose est sûre : Zoodyssée est un exemple que devraient suivre de nombreux zoos dans les années à venir.

A demain !

Sylvain

08:00 | Commentaires (4) | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu