Avertir le modérateur

mercredi, 30 mai 2012

Le Val-de-Marne : le château de Grosbois et les secrets de Cléopâtre

Notre aventure continue à Boissy-Saint-Léger. Après le château de Vincennes, c'est au tour du château de Grosbois, datant du 17ème siècle, de nous émerveiller ! De magnifiques dorures, des pièces gigantesques, de splendides peintures de chasse, de très belles tapisseries, des porcelaines (oui, ça paraît kitch maintenant mais à l'époque c'était hyper branché)... Enfin, je vous laisse admirer ça par vous-même grâce à cette petite vidéo !


Un objet du château a particulièrement attiré notre attention. Une mystérieuse table à jouer qu'on ne peut déplier que si l'on découvre la manière astucieuse de le faire... Intenable suspens, je sais, mais rien ne vous sera révélé (sauf si vous avez regardé notre vidéo, bien sur) ! La jeune femme qui nous guide nous conte aussi l'histoire du Maréchal Berthier, stratège de Napoléon, qui a habité le château et y organisait des chasses et des festivités.

DSC_0790.JPG

Nous avons ensuite traversé la salle des victoires de Napoléon (pleine de tableaux illustrant les conquêtes de ce dernier) et avons terminé notre visite par ce qui est pour moi la plus belle pièce du château : la bibliothèque. Jamais on avait vu de bibliothèque si impressionnante. Telle la Belle qui découvre la bibliothèque de la Bête (revoyez vos classiques) nous sommes restés bouche bée devant ces étagères contenant plus de 3000 ouvrages, devant les anciens manuscrits, les cartes, les tableaux et les statues présentes dans la salle.

DSC_0707.JPG

Le château de Grosbois se trouve dans un domaine de 410 hectares où l'on trouve également un centre d'entraînement hippique de réputation mondiale. Se promener dans cet endroit et croiser des cavaliers faisant trotter leurs chevaux provoque une drôle de sensation : on a le sentiment d'être dans une petite ville consacrée exclusivement aux trotteurs ! Cependant, on comprend pourquoi LE musée du trot français se trouve également dans ce domaine, au rez-de-chaussée du château. Un musée très intéressant, même pour ceux qui ne sont pas passionnés par le sport équestre.

DSC_0809.JPG

Mais revenons plutôt à nos moutons, ou devrais-je dire, à nos ânes ! Car oui ! C'est dans l'asinerie de Pierre Cousin, à Chennevières-sur-Marne, que le voyage continue... Curieux, nous avons écouté l'éleveur parler avec fierté et tendresse de Bohême, Cartouche ou encore Variane (ses ânesses, vous l'aurez deviné). Il nous a expliqué que contrairement à la tradition du « bonnet d'âne » et à l'expression « bête comme un âne », ces animaux sont des modèles d'intelligence, de courage et de loyauté. Initialement, on mettait d'ailleurs un « bonnet d'âne » aux élèves en difficulté, en espérant qu'ils s'imprègnent ainsi de la persévérance de l'animal !

DSC_0919.JPG

J'ai demandé ensuite pourquoi la reine Cléopâtre prenait son bain dans du lait d'ânesse. C'est alors que le grand secret fût révélé... En effet, il se trouve que le lait en question, qui se rapproche fortement du lait maternelle, est riche en vitamine E. Cette vitamine a des propriétés antioxydantes et lutte contre les dérivés réactifs de l'oxygène produits notamment par l'oxydation des acides gras et... Bref, c'est bon pour la peau quoi !

Enrichis par cette découverte, nous sommes partis à la rencontre des ânesses et avons même assisté à la traite de l'une d'entre elle. Quel plaisir de caresser le poil incroyablement pelucheux des nouveaux nés et de sympathiser avec ces adorables périssodactyles ! (Périssodactyle (n.m.) mammifère d'un ordre comprenant des animaux dont le pied repose sur le sol par un nombre impair de doigts, tels les équidés, le tapir ou le rhinocéros.) Ça vous en bouche un coin hein ?

DSC_0900.JPGSignalons aussi que Bohême, une jeune ânesse, n'a pas su résister au charme d'Antoine (qui se ressemble s'ass... hum, pardon). L'histoire raconte qu'ils vécurent heureux et eurent beaucoup de bébés ânons !

A demain pour de nouvelles aventures ! ;)

Coraline

09:00 | Commentaires (2) | | |

jeudi, 01 septembre 2011

Les plages du Nord

Les serviettes de plage accolées l’une à l’autre. La crème solaire indice 30 patchouli olfactif avec transpiration iodée et de chevelure salée. 5 personnes au mètre carré, paté de sable contre paté de sable. Pelle dans l’oreille gauche, marque souvenir du ballon de beach volley près du mollet droit. La proximité comme état d’esprit. Sardines en boîte sur lit de matelas de plage...

 

Il existe donc la version vacations d’août et de juillet en bord de côtes du sud de France. Et puis les autres. Les façons plus nordiques de découvrir le littoral. Celle où les bords de mer sablent l’envie de solitude. Où les kilomètres de sable se comptent par généreuses brassées. Là où nous trainons nos shorts et tongs, ce matin, ce sont quelques uns de ces 40 kilomètres de rang, le long de la mer du Nord. Ici, on est fier d’être estampillée plus longue plage transfrontalière d’Europe, à cheval entre France et Belgique. 15 bornes franchouillardes. Flamandes aussi, bien évidemment, de Dunkerque jusqu’à la commune de Bray-Dunes.

nord,plages,dunkerque,mer,malo,bray,dunes,tourisme,voyage,video,soleil,randonnée,balade,char à voile,belgique

Une plage aux distances improbables, où la faune et la flore nichent juste à quelques encablures de l’eau, sur les dunes, qui s’entremêlent sur 700 hectares. Un paysage simple, moutonneux, des petits monticules sablonneux où les lichens, les mousses caressent les plantes des pieds. Un peu plus dans l’arrière, à l’abri des embruns, des petits buissons, de l’aubépine, des argousiers, des sureaux. Ca picotte un peu plus, on regrette les espadrilles laissées dans l’auto. Mais on marche, on gambade, on se la joue chabada de Lelouch. On peut se perdre. Faut chercher à le faire. Car sans rien n’y paraitre, des bornes, ponctuelles, posées ici et ailleurs, permettent de prendre des chemins de traverse. Un maillage de petits poteaux, des numéros dessus, des flèches, des mini croisements disposés par le Comité départemental du Tourisme du Nord. On peut les suivre, prendre des embranchements, chiper des infos via des cartes et des guides pédestres. On peut tout autant les oublier, se perdre un ajonc entre les dents, la poésie de trois dunes qui succède à deux autres… Savoir que l’eau est là, juste à un vol de goéland ou de cormoran.

Sans s’en rendre compte, on a piqué droit vers La Panne, en terre belge… La côte n’avait pas affiché la frontière… Les cyclistes, les canassons, pas âme mal intentionnée pour nous rappeler à l’ordre. C’est l’estomac en déshérence qui a sonné le repli.

nord,plages,dunkerque,mer,malo,bray,dunes,tourisme,voyage,video,soleil,randonnée,balade,char à voile,belgique

Une marmite de moules et de kilos de beurre agrémentés de frites plus tard, le char à voile n’a pas voulu être notre ami. Bien de sa personne, pourtant. Trois roues, une coque en fibre de verre, un mât. Facile à sortir depuis la base nautique de la Licorne. Normal, il faut simplement le tirer. Pas compliqué à mettre en place. Une voile, un mât dans lequel on la glisse. Et des écoutes, des poulies, un ptit siège en plastique moulé pour popotin de toute taille. Avec Angie, sa blondeur de monitrice comme conseil, nous aurions pu être bons. Aurions bien aimé faire les fanfarons, les kékés du dimanche… Le sable entre les dents, le rire benêt des jeunes gamins heureux. Mais contre la pétole, les grognements des pilotes sont assez peu efficaces. Dommage, car l’endroit est de belle réputation. 4 dizaines de kilomètres où l’on peut batifoler, sentir le souffle s’engouffrer et se sentir grisé. Trois petits tours à guetter une brise pour avancer et puis s’en va. Est-ce que le maroilles d’hier a jouer sur mes performances, je n’oserais le dire. Mais mazette, que personne ne vienne dire qu’Antoine a mis minable son camarade… Laisser la chance du débutant, voilà ce que j’argumente pour justifier ma seconde place sur le podium (NB : pour une course qui n’avait que deux participants)… Il aurait au moins pu me remercier, le bougre…

La chanson de Souchon… la plage de Malo Bray Dunes. J’aurais du wikipédiater ca avant de m’y aventurer. C’est donc ici. Et les villas malouines art déco, art nouveaux qui se posent comme sentinelle du front de mer. Malouines, oui, tout à fait. Comme à Saint-Malo. Mais en pas pareil. Oubliez le « saint », ajoutez quartier de Dunkerque, et tout le monde saura de quel charme vous causez. Des maisons bourgeoises sur le remblai, avec des décors architecturaux comme la maison « mimosa », « pingouin »… Avec des bow window aussi… Un peu à la façon de leur voisin d’en face. Ces anglais d’en face. Qu’ici, dans cette région du Nord, cosmopolite mais à la culture fière et forte, on aime tant.

nord,plages,dunkerque,mer,malo,bray,dunes,tourisme,voyage,video,soleil,randonnée,balade,char à voile,belgique

Notre voyage prend faim. On a encore fin de revenir ici… Quand on goutte à l’accueil du nord, on revient toujours pour une seconde lampée.

A bientôt.

François-Xavier

07:54 | Commentaires (2) | | |

lundi, 29 août 2011

Bienvenue chez les Ch'tis ! Premier jour dans le Nord à la découverte de Lille et Roubaix

Comment ne pas tomber dans les clichés. Eul’ maroilles, eul’ chicorée, eul l’accent du coin. Le cœur surtout, oh oui, le cœur. Le cœur des Ch’tis, l’accueil émérite des gens du Nord… Oui, nous sommes dans la région la plus polaire géographiquement de France, cette semaine. Un département, le Nord, où les idées préconçues sont bien enracinées.

Mais que l’on décerne une médaille, que l’on construise un temple ou nomme une rue pour Dany Boon !!! Car il a énoncé tout haut ce que les amoureux d’ici savent depuis des générations. La région recèle de trésors, d’une culture, d’une bonhommie qu’il est heureux de découvrir. En avant donc pour quatre jours de bonne chaire, de passé industriel, de visites décalées, de rires estampillés du coin. Avec, comme amuse bouche, le fleuron du Nord : l’incomparable Lille.

La vidéo de cette première journée !

Une ptite deudeuche comme carrosse, les vieilles rues de Lille comme terrain de découverte. Une 2cv jaune canarie, une des trois voitures de Tradi’Balade décapotée pour mieux humer les parfums de la ville. Un béret style Gavroche vissé sur la caboche pour Romain, aux commandes. Le bruit caractéristique, le dandinement sympathique de la citroen aux quatre coins de la grand Place, sur les pavés de l’avenue du Peuple Belge. Une anecdote ici, un sein de femme gironde là, niché sur une façade. Le restaurant l’huitrière à votre gauche, messieurs, l’ancienne bourse à votre droite les gars. On regarde, dans tous les recoins, même à petite vitesse, l’auto va bien trop vite. Tout est prétexte à lever la tête, à glisser son sourire partout et sa curiosité dans les autres interstices. On est charmé, aux anges, on en oublie même que c’est sur la voiture qui passe que les jeunes femmes posent leurs regards mignons… On prend cette marque d’attention pour nous. Pas si désagréable.

les 2 cv, Lille (81).jpg

En route pour Roubaix, ensuite. Sans 2 CV, sans Romain, sans pétarade. Avec une étape pour goûter des côtes d’agneaux au speculoos. Inévitable, le speculoos. Dans un restaurant qui fait faire « «bigre !! » quand on y glisse nos pas. Une ancienne fonderie fermée en 2002, voilà le cadre. « La fonderie », d’ailleurs, c’est son nom. Un lieu qui était attenant à une usine textile. Un de ces lieux où le passé industriel a été remarquablement préservé, mis en valeur. Une charpente métallique, une statue géante de 8 m de haut, de la brique partout, du noir et du rouge, couleurs garantes d’une mémoire où le feu vivait et était source de travail. L’endroit mérite qu’on vienne y saucer son assiette.

 Fonderie (9).jpg

Deux trois rues plus loin, un autre lieu phare de Roubaix, avec ce même état d’esprit. Celui de redonner une nouvelle vie à un endroit où les voix fortes des travailleurs raisonnaient jadis. Un musée. Que l’on appelle « La piscine ». Car, on vous le donne en mille, ce musée d’art moderne est une ancienne… piscine !!!

La Piscine (117).jpg

La Piscine (56).jpg

La piscine, donc… Marie-Christine, greeter roubaisienne, en parle avec gourmandise. Une « greeter » ? oui, une personne passionnée d’histoire, de culture locale, d’anecdotes. Bénévole, conseillée par l’Office de tourisme, elle nous annonce la piscine comme le 5ème musée le plus visité de France. A Roubaix ? Mazette, on ose le croire. On s’étonne, on admire, on écarquille les prunelles. On n’a pas emmené notre bonnet de bain ridicule, on guette l’odeur de chlore… Mais non… Un style art déco dans la verrière, dans les cabines de douches, les vestiaires, les balcons qui surplombent le bassin… Les baignoires, les faïences immaculées, les signes francs maçons que l’on détecte ici et là... On s’attarde d’abord à aimer l’architecture, le design magnifiquement mis en valeur…

On en oublie que les œuvres sont là, à nous attendre pour, elles aussi, être regardées, admirées, flattées du regard. Alors on s’y applique. Et le contenu est tout aussi jouissif que le contenant..Des sculptures, peintures, céramiques, du XIX et XXème siècle. Des étoffes aussi. Des milliers : des tissus, du textile, du travail des petites mains des grands noms de la mode…

On aimerait rester… Mais l’heure tourne, il faut partir.

A demain pour la suite du voyage dans le Nord !

François-Xavier

08:00 | Commentaires (5) | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu