Avertir le modérateur

mercredi, 31 août 2011

Les fêtes de Gayant : dans les pas des Géants, à Douai

Le petit déjeuner fut anecdotique. Pas le temps de lézarder sous la couette, le thé avalé encore brulant, il est bientôt 7h. C’est que voir les «grands» sortir de leur maison, c’est chose peu courante. Une fois l’an, pas plus. Monsieur et Madame Gayant, leur petite famille originaire de Douai. Bienvenue chez eux. Petit comité pour assister à leur réveil, mais bon comité. Les douaisiens puristes, mais surtout les porteurs. C’est la tradition, ici. La date qui fait date. Cousins des autres géants du nord qui tournicotent dans les carnavals, à la fin de l’hiver, quand le printemps toque à la porte, Monsieur et Madame, leurs enfants, Jacquot, Fillon et le ptit Binbin vont arpenter le bitume.

Les fêtes de Gayant, Douai (2).jpg

Les fêtes de Gayant, Douai (3).jpg

Elle a été choyée toute l’année, la petite tribu. Une vraie maison rien que pour eux. Grande de plafond, obligé, plus de 8,40m sous la toise pour le mari de madame. Font pas fort de bruit, mais sont gourmands de place. Ici la bicoque municipale où l’on prend soin d’eux. Qu’on ostéopathe leur squelette d’osier à longueur d’année, qu’on permanente les (vrais) cheveux de la miss et de ses rejetons. Qu’on ravale leur faciès et raccommode leur tenue inchangée depuis 1823.

7h00 donc. On sonne le rassemblement. Une colonie d’hommes en blanc qui se pressent. Tous guillerets, tous en forme. Une ceinture de flanelle noire qui moule le bedon (ou les abdos, c’est selon), ils ont le verbe haut, l’accent bétonné dans le chti, le regard et l’esprit sous la ceinture. Pas de chichi d’ailleurs, pas de fausse pudeur, c’est justement sous la ceinture qu’ils rêvent de s’enfourner, tout entier, bien gaillards. 360 kilos sec pour Monsieur Gayant, à peine moins pour sa dame, c’est à bras de ces hommes que les géants traversent la ville. 6 porteurs chacun, moins pour leur descendance.

Les fêtes de Gayant, ce sont d’abord ces hommes. Ces 53 porteurs qui rient et suent sous les jupes des géants. On les appelle tous porteurs. Moins de la moitié le sont vraiment, leur lourde charge sur les épaules sur le bitume de Douai. Car les autres font la quête, tambourinent, se dandinent parfois en queue de pie, superbes maîtres du protocole. Une aventure vieille d’un petit demi-millénaire, ces géants de Gayant. Une fête si formidable qu’elle est classée au patrimoine oral et immatériel de l’UNESCO… Une vraie confrérie ces porteurs. Où seuls les frères, aïeux, cousins, descendants de membres actifs ont le droit de se rêver un jour en habit blanc… Pas de passe droit, pas de filouterie, juste une réminiscence du moyen-âge qui n’a pas pris une ride. Un défilé qui part vers la mairie. A pas de sénateurs. Normal, ca pèse sacrément, un géant, essayez donc au lieu de vous moquer. La transpiration fleure bon les dessous de bras, faut faire des poses. Le public s’agglutine, s’esclaffe, pose vite un bon bisou sur le ptit binbin, (ca porte chance) et lève la tête soudain.

Oui, soudain. Car le carillonneur a surpris son monde.

nord,douai,géants,gayant,fêtes de gayant,unesco,tourisme,voyage,vidéo,photos,reportage,voir,faire,activites

nord,douai,géants,gayant,fêtes de gayant,unesco,tourisme,voyage,vidéo,photos,reportage,voir,faire,activites

196 marches au dessus de tous. A entonner l’air de Gayant, bien évidemment. S’il ne le fait pas aujourd’hui, ca serait comme oublier le « il est né le divin enfant », fin décembre, jour du petit Jésus emmailloté et du gros barbu en rouge. Les bourdons (noms des cloches) qui retentissent jusqu’à laisser la place à la fanfare. Cuivres et trompettes pour oreilles aguerries. Et bientôt rires et clameurs qui prennent le relais. Normal, la tradition est là. Les géants veillent. Et dans la cour de l’hôtel de ville, les enfants qui piaffent d’impatience. Distribution de kilos de bonbons par poignées goulues pour public bien gourmand… Les dentistes, eux aussi, sont heureux.. Et dire que le vrai défilé est à venir… Il est bientôt 15h… La vraie fête va débuter. La vraie marche dans la ville s’apprête à commencer.

François-Xavier, en voyage dans le Nord avec Antoine

05:45 | Commentaires (2) | | |

lundi, 29 août 2011

Bienvenue chez les Ch'tis ! Premier jour dans le Nord à la découverte de Lille et Roubaix

Comment ne pas tomber dans les clichés. Eul’ maroilles, eul’ chicorée, eul l’accent du coin. Le cœur surtout, oh oui, le cœur. Le cœur des Ch’tis, l’accueil émérite des gens du Nord… Oui, nous sommes dans la région la plus polaire géographiquement de France, cette semaine. Un département, le Nord, où les idées préconçues sont bien enracinées.

Mais que l’on décerne une médaille, que l’on construise un temple ou nomme une rue pour Dany Boon !!! Car il a énoncé tout haut ce que les amoureux d’ici savent depuis des générations. La région recèle de trésors, d’une culture, d’une bonhommie qu’il est heureux de découvrir. En avant donc pour quatre jours de bonne chaire, de passé industriel, de visites décalées, de rires estampillés du coin. Avec, comme amuse bouche, le fleuron du Nord : l’incomparable Lille.

La vidéo de cette première journée !

Une ptite deudeuche comme carrosse, les vieilles rues de Lille comme terrain de découverte. Une 2cv jaune canarie, une des trois voitures de Tradi’Balade décapotée pour mieux humer les parfums de la ville. Un béret style Gavroche vissé sur la caboche pour Romain, aux commandes. Le bruit caractéristique, le dandinement sympathique de la citroen aux quatre coins de la grand Place, sur les pavés de l’avenue du Peuple Belge. Une anecdote ici, un sein de femme gironde là, niché sur une façade. Le restaurant l’huitrière à votre gauche, messieurs, l’ancienne bourse à votre droite les gars. On regarde, dans tous les recoins, même à petite vitesse, l’auto va bien trop vite. Tout est prétexte à lever la tête, à glisser son sourire partout et sa curiosité dans les autres interstices. On est charmé, aux anges, on en oublie même que c’est sur la voiture qui passe que les jeunes femmes posent leurs regards mignons… On prend cette marque d’attention pour nous. Pas si désagréable.

les 2 cv, Lille (81).jpg

En route pour Roubaix, ensuite. Sans 2 CV, sans Romain, sans pétarade. Avec une étape pour goûter des côtes d’agneaux au speculoos. Inévitable, le speculoos. Dans un restaurant qui fait faire « «bigre !! » quand on y glisse nos pas. Une ancienne fonderie fermée en 2002, voilà le cadre. « La fonderie », d’ailleurs, c’est son nom. Un lieu qui était attenant à une usine textile. Un de ces lieux où le passé industriel a été remarquablement préservé, mis en valeur. Une charpente métallique, une statue géante de 8 m de haut, de la brique partout, du noir et du rouge, couleurs garantes d’une mémoire où le feu vivait et était source de travail. L’endroit mérite qu’on vienne y saucer son assiette.

 Fonderie (9).jpg

Deux trois rues plus loin, un autre lieu phare de Roubaix, avec ce même état d’esprit. Celui de redonner une nouvelle vie à un endroit où les voix fortes des travailleurs raisonnaient jadis. Un musée. Que l’on appelle « La piscine ». Car, on vous le donne en mille, ce musée d’art moderne est une ancienne… piscine !!!

La Piscine (117).jpg

La Piscine (56).jpg

La piscine, donc… Marie-Christine, greeter roubaisienne, en parle avec gourmandise. Une « greeter » ? oui, une personne passionnée d’histoire, de culture locale, d’anecdotes. Bénévole, conseillée par l’Office de tourisme, elle nous annonce la piscine comme le 5ème musée le plus visité de France. A Roubaix ? Mazette, on ose le croire. On s’étonne, on admire, on écarquille les prunelles. On n’a pas emmené notre bonnet de bain ridicule, on guette l’odeur de chlore… Mais non… Un style art déco dans la verrière, dans les cabines de douches, les vestiaires, les balcons qui surplombent le bassin… Les baignoires, les faïences immaculées, les signes francs maçons que l’on détecte ici et là... On s’attarde d’abord à aimer l’architecture, le design magnifiquement mis en valeur…

On en oublie que les œuvres sont là, à nous attendre pour, elles aussi, être regardées, admirées, flattées du regard. Alors on s’y applique. Et le contenu est tout aussi jouissif que le contenant..Des sculptures, peintures, céramiques, du XIX et XXème siècle. Des étoffes aussi. Des milliers : des tissus, du textile, du travail des petites mains des grands noms de la mode…

On aimerait rester… Mais l’heure tourne, il faut partir.

A demain pour la suite du voyage dans le Nord !

François-Xavier

08:00 | Commentaires (5) | | |

jeudi, 11 août 2011

Week-end en Hollande : 3 jours étonnants à Rotterdam et Amsterdam

Bonjour estival !

J’espère que vous allez bien et que vous avez installé notre nouvelle application iPhone MonNuage. Nous sommes très fiers d’être dans le Top des applications tourisme, grâce à vos milliers de téléchargements ! Merci de votre aide, il faut continuer à faire connaître l’application :)

Aujourd’hui, une belle escapade à vous raconter sur ce blog. Il y a quelques semaines, MonNuage a eu la chance de pouvoir constituer une équipe de voyageurs pour partir 3 jours à la découverte de Rotterdam et d’Amsterdam. Catherine, Céline, Anne, Simon et moi avons répondu présents pour ce week-end prolongé du 14 juillet, consacré au tourisme urbain aux Pays-Bas. Cette initiative de l’office de tourisme de Hollande avait trois objectifs :

-        rappeler la proximité des Pays Bas depuis la France, notamment avec le Thalys,

-        montrer le dynamisme culturel de Rotterdam et faire tomber certains clichés de ville industrielle,

-        rappeler les fabuleux charmes touristiques d’Amsterdam, Venise du nord dont les canaux attirent plus de 11 millions de visiteurs chaque année.

 

Thalys, Ontdek Nederland!

Le 15 juillet, donc, notre équipe de 5 voyageurs se retrouve Gare du Nord autour d’un Thalys accueillant, et fait connaissance pour la première fois (Simon et moi exceptés). Les batteries des appareils photo sont full, et le service à bord nous prend de court : petit déj à la place, wifi gratuit pendant tout le trajet… On en demandait pas tant, c’est très agréable.

Thalys.PNG

Paris Nord -> Rotterdam Centraal : 2h35. Voilà un sacré argument… du métro, on rejoint plus vite les canaux que Bordeaux. Nous avons tous les cinq étés très agréablement surpris par le confort du Thalys, qui est un concurrent sérieux face à l’avion, et bien plus pratique dans notre cas. Ajoutons qu’en réservant un peu à l’avance, le tarif n’est pas du tout excessif.

 

Rotterdam : World port, World City

Première étape de ce week-end, Rotterdam porte bien son slogan. Bienvenue dans le 4ème port mondial, 1er port européen. MAIS attention aux clichés : loin d’être une pâle cité industrielle, la deuxième ville des Pays-Bas est accueillante, belle et sereine. Presque entièrement rasée par les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale, la reconstruction a été avant-gardiste, et revisitée ces 20 dernières années avec une grande audace architecturale. Cette orientation aujourd’hui fer de lance d’un tourisme urbain sans équivalent en Europe, est en passe de devenir une économie stratégique pour Rotterdam.

Rotterdam.PNG

Cerise sur le gâteau, il faisait beau à notre arrivée ! Traversée de la ville, super accueil d’Alexander et Ingrid de l’office de tourisme de Rotterdam, visite guidée, balade en bateau... ADMIREZ les photos de Simon et Céline pour découvrir en détail notre périple. 24H c’est un peu court mais cela nous a tous donné envie de revenir.

Quelques trucs sur Rotterdam :

- rue Witte de Withstraat : l’une des rues les plus sympa de la ville. Beaucoup de bars, de restaurants et de boutiques branchées. Comme nous, je vous recommande de déjeuner au restaurant Bazar, au décor totalement surprenant, et à la cuisine orientale généreuse et soigneusement européanisée. Il fait également hôtel, plutôt sympa pour les baroudeurs. Vous pouvez ensuite dîner au Blender, nouveau restaurant gastronomique (absolument excellent) où la soirée peut se poursuivre tard puisque l’endroit se transforme en discothèque :) Chic mais rapport qualité/prix top niveau.

- l’office de Tourisme de Rotterdam, situé au cœur de la ville, est un passage important pour prendre quelques infos et surtout comprendre l’évolution architectural de la ville, avec des chronologies plutôt impressionnantes.

- Ne ratez pas l’excellent abécédaire de Catherine sur Rotterdam.

 

Amsterdam : un canal, des canaux

Thalys again ! On doit rejoindre Amsterdam en 30 mn (75 km entre les 2 villes), ou alors en 1h si on prend le train normal. Ce sera notre option, car on s’est un peu perdus dans la gare :)

Pour vous présenter Amsterdam, je vous invite à lire les articles d’Anne et de Catherine. Nous voici dans une ville où l’eau est aussi belle que les demeures de l’âge d’or, du XVIIème. Plus de 100 km de canaux et 1200 ponts : l’eau est PARTOUT et donne un charme fou à la capitale néerlandaise. Certains coins adorables se ressemblent, il est facile de se perdre (mais après tout, c’est bien agréable), et on se croirait dans un gros village ouvert, où chacun a vue sur son voisin en toute simplicité. Les canaux sculptent admirablement la ville comme une immense toile d’araignée, et sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2010.

Amsterdam.PNG

Notre séjour amstellodamois a démarré sous la pluie, mais il a fait très beau pour la balade sur les canaux (incontournable) et la visite du quartier GWL-Terrein. Cette visite a été l’un des temps forts du voyage, lisez l’article de Catherine : « Utopie ou alternative : le quartier écologique d’Amsterdam », c’est une initiative unique en Europe.

Quelques trucs sur Amsterdam :

- plusieurs musées célébrissimes rendent hommage à la grande Ecole hollandaise et à la peinture flamande en général : Van Eyck, Rembrandt, Vermeer, Rubens… Ne ratez pas notamment le Rijksmuseum et le musée Van Gogh.

- Les coffee-shops, c’est terminé pour les touristes. Déjà en place dans le sud des Pays-Bas, la mesure arrive en ville dans quelques semaines : il faudra une carte d’identité néerlandaise pour pénétrer dans un coffee-shop et y déguster les spécialités du patron. Les autorités ont souhaité en finir avec les « touristes-zombies qui donnent une mauvaise image de la ville » :)

- le « quartier rouge » existe toujours, au cœur d’Amsterdam. Dames dénudées en devanture, mais défense de draguer, il y a plus intéressant à voir dans le coin ! notamment beaucoup de bars sympas le soir.

 

Quelques trucs sur les Pays Bas

Hollande.PNG

- Même si l’appellation est courante et accepté, il ne faut pas confondre Hollande et Pays Bas. La Hollande (divisée en deux parties, Septentrionale et Méridionale) ne représente que deux des douze provinces du pays. C’est en Hollande que se trouvent les 3 plus grandes villes du pays : Amsterdam, Rotterdam et La Haye.

- Surnommé le « pays du vélo », c’est pas pour rien ! Les Pays Bas sont de loin le pays au monde avec le plus grand nombre de vélos par habitant : 16.500.000 vélos pour 16.652.800 habitants, soit 99,1% de cyclistes ! Nous avons souvent rencontré des gens qui possédaient 3 ou 4 vélos, chacun ayant un usage (le vélo moche qu’on laisse en ville, le bel hollandais pour les longs trajets, le VTT pour le week-end…). Attention car les vélos ont la priorité absolue partout, même sur les piétons. Ils roulent vite et ne se gênent pas pour vous admonester si vous êtes sur leur passage !

- La gastronomie néerlandaise n’est traditionnellement pas réputée (hareng excepté !), mais les choses ont bien changé ces dernières années. Nous avons été très surpris de la qualité des restaurants, allant même jusqu’à vivre quelques émotions pour les papilles. Les cartes piochent dans les cuisines européennes, et les plats étrangers sont parfois plus réussis que chez nous. Une mention spéciale pour le pain servi à table.

- Budget abordable : il ne nous a fallu que quelques heures pour considérer les Pays-Bas comme une destination moins chère qu’ailleurs pour les touristes. Si le shopping ne varie pas beaucoup, les restaurants et les hôtels sont très raisonnables pour le niveau de prestation. On est loin des prix français, italiens ou britanniques.

Conclusion

Les Pays Bas sont une destination proche, sympa et variée. Les gens sont vraiment accueillants et le touriste y fera un voyage mémorable, de l'étonnante Rotterdam à l'incontournable Amsterdam. Ajoutons que les Pays Bas ne se limitent pas aux villes, et que si vous avez davantage de temps vous pourrez aussi faire un tour sur les plages néerlandaises très réputées (si si), découvrir les polders, ou encore visiter des parcs à fleurs majestueux comme Keukenhof.

Un immense merci à Céline, Catherine, Anne et Simon de leur compagnie géniale pendant ce week-end. La moitié du succès d'un voyage, c'est souvent l'ambiance et la complicité entre voyageurs ! 200% de réussite dans notre cas :D

Dernière mosaïque ! Et si vous souhaitez voir l'album photo MonNuage de ce voyage, c'est sur Flickr.

équipe.PNG
 
A bientôt !
Nicolas

10:29 | Commentaires (1) | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu