Avertir le modérateur

mercredi, 12 octobre 2011

Plages du débarquement : dernière journée dans la Manche

Pour notre dernière étape sur les traces du débarquement de Normandie, nous découvrons dans la Manche Utah beach, Sainte-Mère-Église, un étonnant musée à ciel ouvert avant de revivre une nuit de juin 44...

Si nous avons changé de département, les plages sont toujours aussi belles : la journée débute à Utah Beach, une des plus grandes réussites du débarquement : un musée surplombe cette immense plage de sable fin. 

voyage,vacances,normandie,manche,débarquement,séjour,utah,airborne,sainte mere l'eglise,guerre,immersion

Quand on parle du débarquement, on cite souvent Sainte-Mère-Église, pour l'incroyable histoire d'un parachutiste, John Steele, dont la toile s'est accrochée au clocher de l'église, fit le mort pour éviter de se faire tuer, fut fait prisonnier avant de s'enfuir quelques jours plus tard. 50 ans après la sortie du film Le jour le plus long, la commune ne désamplit pas de touristes, et accueille aussi plusieurs musées : le musée Airborne, spécialisé dans les forces aéroportées, mais aussi un Musée à Ciel Ouvert

voyage,vacances,normandie,manche,débarquement,séjour,utah,airborne,sainte mere l'eglise,guerre,immersion

Sainte-Mère-Église est donc le départ du Musée à ciel ouvert : une fois le visioguide récupéré à l'Office de Tourisme, on peut déambuler en autonomie sur les différents sites à une quinzaine de kilomètres à la ronde, armés d'un précieux guide GPS vidéo. Des plages jusqu'aux plaines, à l'époque inondées par les allemands, où ont atterrit plusieurs parachutistes, en passant par les batteries allemandes de Crizbecq et Azeville.

Ces batteries faisaient partie intégrante du fameux Mur de l'Atlantique, sensé protéger les allemands de toute tentative d'invasion alliée. En plus des casemates présentes directement sur les plages, des batteries, comme celles-ci, permettaient de défendre la côte Atlantique. Pourtant, les soldats allemands, ici, pensaient qu'ils faisaient partie du Front Chantilly, une sorte de colo de vacances en comparaison au front soviétique. A Azeville, ils ne dormaient pas dans leurs bunkers, mais au village, et festoyaient à l'envi. On imagine leur surprise au matin du 6 juin.

voyage,vacances,normandie,manche,débarquement,séjour,utah,airborne,sainte mere l'eglise,guerre,immersion

A la nuit tombée, nous avons rendez-vous à Sainte-Marie-du-Mont, pour une "immersion" et un tour de jeep. On ne sait pas à quoi s'attendre. Une femme nous emmène en pleine campagne, en nous confiant un cricket, avec lequel nous devons faire "clic-clac" une fois qu'elle nous aura abandonné.

Julie était loin de fanfaronner ! Un parachutiste américain apparaît : il nous fait signe de le suivre. On se cache derrière une haie alors que des allemands se garent à proximité : on leur fauche leur 2 CV ! Un autre soldat nous arrête...

Le scénario se poursuit une petite heure avant de rejoindre une ferme paisible, où l'on fait connaissance, autour d'un verre de cidre, avec toute cette troupe de bénévoles. Pendant la période estivale, ils organisent ces mises en scène tous les soirs !

A peine remis de nos émotions, nous partons sur les chemins de traverse à bord, cette fois, d'une Jeep !

voyage,vacances,normandie,manche,débarquement,séjour,utah,airborne,sainte mere l'eglise,guerre,immersion

Notre voyage sur les traces du débarquement et de la bataille de Normandie s'arrête ici.

L'intérêt historique d'un voyage dans le Calvados et dans la Manche est clair, notre devoir de mémoire l'est également. Icing on the cake, les amateurs de verdure et de belles plages ne seront pas déçus non plus.

Merci aux Normands pour leur accueil !

A bientôt,

Sylvain

08:00 | Commentaires (4) | | |

mardi, 11 octobre 2011

Le Calvados, du Mémorial de Caen à Omaha Beach

Nous commençons donc par le Calvados, et plus précisément par le Mémorial de Caen, une partie des plages du débarquement, le cimetière américain de Colleville sur Mer et un musée dédié à la Première Division d'Infanterie américaine.

Le Mémorial de Caen est sans conteste le point de départ idéal pour comprendre la Seconde Guerre Mondiale. Caen devait être prise au soir du 6 juin 44 : il faudra finalement attendre six semaines, et la destruction de plus de 2/3 de la ville pour que les Alliés contrôlent Caen, axe essentiel pour libérer Paris.

La Cité de l'Histoire pour la Paix a vu le jour sous l'impulsion d'un brancardier volontaire de la Croix Rouge française lors du débarquement. Jean-Marie Girault, devenu Maire de la ville plus de vingt ans plus tard, veut à travers ce lieu de mémoire sceller la réconciliation. Aujourd'hui, le musée retrace l'ensemble de l'Histoire du XXème siècle, bien que nous ayons eu, avec Julie, une attention plus particulière sur la partie concernant le débarquement et à la bataille de Normandie.

normandie,tourisme,voyage,débarquement,calvados,mémorial de caen,omaha,pointe du hoc

Vous avez eu l'explication concernant le poste à galène dans la vidéo, mais je vous ai promis hier de revenir sur ces vers de Verlaine : Les sanglots longs des violons de l'automne bercent mon coeur d'une langueur monotone. Ce poème a bien servi à informer de l'imminence du débarquement à la Résistance Française, mais uniquement à un seul réseau. De nombreux autres messages personnels ont été émis le soir du 5 juin par les ondes de la BBC pour informer l'ensemble des réseaux de Résistance. C'est à travers ce genre d'anecdotes, mais aussi les archives, reconstitutions, objets d'époques et explications claires et précises, avec en point d'orgue le film "D-Day", que nous sommes maintenant en condition pour nous rendre sur le théâtre des opérations.

Avant ça, je tiens tout de même à vous conseiller l'exposition "Taches d'Opinion", nichée tout au bout du musée, réalisée par l'association "Cartooning for peace", autour du dessin de presse à travers le Monde, avec la colombe de Plantu en bonne place. Fin de la parenthèse, début la balade à la découverte des sites emblématiques du débarquement, avec chauffeur et guide s'il vous plaît !

normandie,tourisme,voyage,débarquement,calvados,mémorial de caen,omaha,pointe du hoc

Le Mémorial organise donc des visites des sites du débarquement en navette. A bord, deux touristes sud-américains, un chauffeur et un guide nous tiennent compagnie. Premier arrêt : le Port artificiel d'Arromanches.

normandie,tourisme,voyage,débarquement,calvados,mémorial de caen,omaha,pointe du hoc

Ici, les Alliés ont contruit un port en 7 jours, fait de gigantesques briques de béton, appelés caissons Phoenix. Face à l'impossibilité de prendre une ville portuaire, Churchill a eu l'idée de construire ce port artificiel dont il reste aujourd'hui encore quelques vestiges.

Nous nous rendons ensuite sur Omaha Beach, une immense plage de sable fin. Sans le cimetière américain de Colleville qui le surplombe, il serait difficile d'imaginer l'horreur qu'ont vécu plusieurs milliers de soldat lors du Jour-J. Au milieu des rangées de milliers de croix rectilignes, l'ambiance est clairement au recueillement. Nous croisons une majorité d'américains, venus se recueillir et rendre hommage à leurs proches ou simplement à leurs compatriotes. Le terrain a d'ailleurs été offert par la France aux Etats-Unis.

La pointe du Hoc, notre prochain arrêt, a conservé les stigmates de la guerre. D'impressionnants trous d'obus et des restes de casemates sont restés en l'état. Ici, des soldats d'unité d'élite ont dû escalader la falaise avant de faire face à la défense allemande.

normandie,tourisme,voyage,débarquement,calvados,mémorial de caen,omaha,pointe du hoc

Notre dernière visite du Calvados, c'est le Big Red One Assault Museum. Rien à voir ici avec le Mémorial de Caen : Pierre-Louis, un jeune Normand, à la suite d'un voyage aux Etats-Unis à l'âge de 9 ans, s'est passionné pour la Première Division d'Infanterie américaine, surnommée la Big Red One. A force de recherches et de ténacité, il a aujourd'hui une collection unique sur cette division toujours en activité, réputée pour être en première ligne, comme ça a été le cas au matin du 6 juin sur la plage d'Omaha.

Demain, nous poursuivrons notre périple dans le département de la Manche, entre Utah Beach et Sainte Mère l'Eglise avant de terminer par une immersion dans la peau de normands de l'époque de la Bataille de Normandie.

Sylvain

08:00 | Commentaires (0) | | |

lundi, 10 octobre 2011

Sur les traces du débarquement et de la bataille de Normandie

Armés de chaussures de marche et d'une caméra, Julie et moi sommes retournés, 67 ans plus tard, sur les traces du débarquement et de la bataille de Normandie. Entre le Calvados et la Manche (sur lesquels nous reviendrons plus précisément demain et après-demain), les plages, différents sites et musées, nous avons essayé de comprendre et surtout d'imaginer ce fameux 6 juin 1944 et les trois mois qui ont suivi.

Moteur !

Avant de vous raconter nos propres péripéties, un petit rappel Historique s'impose pour les deux du fond :

Le débarquement de Normandie, ou Opération Neptune, a lieu au matin du 6 juin, entre 6h30 et 7h30. Quelques 135 000 hommes des forces alliées (Américains, Anglais, Canadiens et Français) débarquent sur les secteurs d'Utah, Omaha, Gold, Juno et Sword. L'opération, prévue depuis 1943, est un succès, malgré des pertes importantes sur le secteur d'Omaha Beach. Mais l'Opération Overlord ne se terminera qu'après la bataille de Normandie, qui durera jusqu'à la fin du mois d'août.

Ca, c'était le "pitch".

Pour en savoir plus sur le Mémorial de Caen, connaître la vérité sur la phrase "Bercent mon coeur d'une langueur monotone", apprendre à construire un port artificiel et découvrir le Big Red One (entre autres choses), il vous faudra attendre demain !

Et ça, c'était pour le "teaser" :-)


A demain !

Sylvain

09:30 | Commentaires (2) | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu