Avertir le modérateur

jeudi, 01 mars 2012

Le Pays Horloger en hiver

Cet été, j'étais parti me promener dans l'Est de la France, à la frontière de la Suisse, dans le Pays Horloger… Vous vous souvenez ? Bon. Au cas où, voici de quoi vous rafraichir la mémoire : mon article est à lire ici ! ;)

 

En tout cas, vous l'aurez deviné, je suis retourné la semaine dernière dans ce petit coin du Jura, et encore une fois, j'ai essayé de vous ramener de belles images. Voici donc la vidéo de mon séjour hivernal dans le Pays Horloger :

 

 

1er jour : 

 

De la neige. Partout de la neige. Depuis que je suis descendu du train à Morteau, je ne vois que ça. Du blanc, du blanc, du blanc.

Mon voyage commence par une rencontre. La rencontre de Christian Monnet et de sa famille, autour d'un simili petit déjeuner café-saucisse de Morteau. Il est 9h du matin. Voilà pour l'ambiance. Bienvenu au pays ;)

Le cadre ? Le gîte du Meix Lagor, au coeur du Pays Horloger. D'anciens greniers restaurés et aménagés par Christian pour accueillir les visiteurs. Surtout des groupes d'amis venus passer quelques jours "au vert" (ou "au blanc", selon la saison) dans cette grande demeure. Comme entrée en matière c'est idéal. Une ferme typique de la région, nichée au coeur d'une nature omniprésente ; et des amoureux, des passionnés de leurs pays, intarissables sur les richesses de cette région un peu trop méconnue à leurs yeux…

Meix Lagor.jpg

Une dernière tranche de saucisse et je quitte mes hôtes. La matinée s'avance doucement et je veux profiter de cette belle neige pour me promener, redécouvrir cette région que j'avais parcouru cet été, il y a à peine 6 mois, et qui me semble complètement inconnue, ainsi recouverte de ce manteau de neige. Je ne reconnais plus rien. Mes maigres repaires ont disparu avec les flocons. En plus, il neige dru. Encore moins facile de s'y retrouver sous cette neige qui n'en finit pas de tomber ! Je croise tout de même quelques courageux qui profitent de l'aubaine pour chausser skis et raquettes. Pour ma part, je continue ma balade, soucieux d'enrichir ma collection de photographies de fermes comtoises de nouveaux clichés…

photo 2.jpg

En début d'après-midi, je me rends à Morteau. J'ai prévu d'y visiter le Musée de l'Horlogerie ! Et oui, impossible de venir découvrir le pays horloger sans un passage dans ce musée… Le Musée de l'Horlogerie est l'oeuvre de Constant, incroyable personnage qui s'occupe encore des visites guidées de l'établissement. Depuis 30 ans, Constant récupère, répare, nettoie, et dispose dans son musée des pièces d'horlogerie. Un passionné le Constant. Un toqué d'horlogerie comme il dit lui-même. Mais au delà de l'horlogerie, ce qu'il aime, c'est parler des gens qui ont fait l'horlogerie dans ce petit pays à la frontière de la Suisse. Les paysans qui devaient s'occuper l'hiver, et qui travaillaient les pièces des montres "à la fenêtre". C'est ainsi que le pays s'est peu à peu spécialisé dans cet artisanat, c'est comme ça qu'il est devenu le "pays horloger".

musée horlogerie.jpg

Le Pays Horloger très bien. Mais pour moi, Morteau, c'est surtout la saucisse, non ?! Je quitte donc Constant à la recherche de ma fameuse saucisse… Des artisans salaisonniers, dans la ville de Morteau aujourd'hui, il n'en reste qu'un ! Il n'en reste qu'un, mais c'est un bon… Un champion même ! Le Sebastien Loeb de la saucisse de Morteau ! Des récompenses, des médailles, il en a reçues quelques unes monsieur Bouhéret ! En plus d'être talentueux, l'homme est d'une gentillesse et d'une amabilité exceptionnelle. Vous l'aurez compris, c'est le rendez-vous incontournable pour les amateurs de saucisses, noix de porc, et autres langues de boeuf ! ;) 

saucisses.jpg

Puisque je suis dans une thématique "culinaire", autant aller jusqu'au bout ! Direction Bonnétage donc, où, après Constant, je fais la connaissance d'un autre "toqué". Et sous la toque, un jeune chef, Jacques Barnachon de l'Etang du Moulin, une étoile au guide Michelin… Autant vous dire que la soirée a été très bonne ! ;)

 

2ème jour :

 

Ce matin, il ne faut pas trop trainer. Mon objectif de la matinée est de visiter une fruitière ; l'endroit où l'on fabrique le fromage, où l'on transforme le lait en un succulent Comté, à quelques kilomètres de l'Etang du Moulin où j'ai passé la nuit. 

 

8 heures pétantes, me voilà devant la porte de la fruitière. Le fromager est là depuis un bon moment déjà. Sa journée a commencé vers 5 heures du matin, j'arrive donc pour la fin du processus de fabrication des fromages. Encore une fois j'apprends beaucoup de choses sur ce métier très particulier, sur la production du comté. A la fruitière de Grand'Combe des Bois, on travaille avec des producteurs de lait des environs. Et du lait, il en faut ! 400 litres pour faire une meule de 40 kg… Ici, on produit 20 meules par jour, 7 jours sur 7 (les vaches ne connaissent pas les week-ends). Je visite la cave où les meules restent une quinzaine de jours avant de partir chez des affineurs, et très rapidement je négocie une séance de dégustation du fameux comté ! Un pur délice… :)

comté.jpg

Après le comté, le restaurant étoilé et la saucisse de Morteau, il est temps pour moi de faire une activité physique ! Et ça tombe bien, cet après-midi j'ai rendez-vous avec Patrick, qui m'avez emmené sur les "traces des chamois" cet été. Cette fois-ci, mon guide m'emmène, en compagnie d'un petit groupe, pour une sortie raquette dans la neige, à travers les combes jurassiennes… Alors c'est parti pour 3 heures à crapahuter dans la neige, à gravir les crêts, à se croire seuls au milieu d'une nature sauvage et immense, à profiter du silence, à descendre les pentes en courant comme des gamins. Une randonnée magnifique, épuisante et enrichissante grâce au savoir de Patrick qui nous explique tout de ce que nous voyons… La géographie, la faune, la flore. Le Pays Horloger ne semble pas avoir de secrets pour cet homme, qui en est un formidable ambassadeur :)

rando raquette 2.jpg

Et voilà, c'est fourbu mais heureux que mon voyage dans le Pays Horloger se termine !

Alors à bientôt pour de nouvelles images :)

 

Antoine

11:26 | Commentaires (1) | | |

lundi, 16 janvier 2012

Mon voyage en Australie du Sud...

Toute la semaine dernière, François-Xavier, un de mes nombreux compagnons de voyage, vous a raconté en détail et dans son style inimitable nos pérégrinations à travers l'Australie du Sud, lors d'un voyage qui restera à jamais gravé dans nos mémoires… Vous pouvez retrouver (et je vous le conseille fortement !) ces articles ici, ici, ici et enfin !

 

A mon tour maintenant, de vous raconter (rapidement) ce séjour au bout du monde. Bien entendu, je profite de l'occasion pour vous glisser la vidéo intégrale de notre voyage… Voici donc nos aventures en Australie du Sud ! ;)

 

 

31 heures de vol, 3 avions (dont un très très gros !), 5 plateaux repas et environ 17 000 km séparent la France d'Adélaïde, la capitale de l'Australie du Sud…

Alors bien évidemment, à l'atterrissage, on se sent un peu fatigué. Les paupières sont lourdes, le bâillement vient facilement, et le corps nous fait sentir qu'il est temps d'aller se coucher ! Oui mais voilà, ici, il est 7h30 du matin, et le monde se réveille. Sur le chemin qui mène de l'aéroport au centre d'Adelaide, on prend peu à peu conscience qu'on est "à l'autre bout du monde", on commence à regarder partout et puis décidément non, on ne va pas aller se coucher ! Maintenant qu'on y est, on veut profiter à fond, de chaque minute, alors c'est parti ! Adelaide nous voila !

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

Des grandes rues qui se croisent à angle droit, un peu déroutant pour nous autres européens, mais très pratique pour se repérer dans la ville il faut bien l'admettre ;)

Notre balade matinale nous mène dans le Central Market, un des plus grand de toute l'Australie, où l'on trouve des produits venus du monde entier, et surtout de l'Asie toute proche. On ressort des halles couvertes, le soleil nous fait plisser des yeux… Il commence à faire chaud, déjà. Assez inhabituel pour nous en cette période de l'année !

Le reste de la découverte se fera surtout autour de North Terrace et de Rundle Street. A North Terrace, vous trouverez des bâtiments administratifs (le Parlement), des musées (et notamment le magnifique South Australian Museum), l'Université, et, je pense, les plus beaux exemples d'architecture victorienne de la ville. Rundle Street en revanche ravira les amateurs de shopping ainsi que vos papilles si vous avez un petit creux pendant la promenade :)

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

Cette première découverte de l'Australie nous intrigue, éveille notre intérêt… Pour l'instant on ne prend pas encore la mesure de notre environnement. Et puis il faut bien le dire, François-Xavier et moi sommes impatients de découvrir les paysages australiens et la faune incroyable de cette île-continent. Alors ciao Adélaïde !

 

On récupère une voiture de location, un bon gros 4x4, comme les australiens ! Certainement pas le moyen de transport le plus écolo, mais absolument nécessaire quand on parcourt de grandes distances, sur des routes qui s'apparentent parfois plus à des chemins qu'à de véritables routes… Le pare-buffle n'est pas en option, et tous les australiens sont unanimes : surtout, il faut éviter de conduire la nuit ! (à cause des animaux qui traversent, les kangourous notamment sont beaucoup plus actifs la nuit que le jour).

 

Nous voilà donc parti vers le Sud, à travers la Mc Laren Vale et ces vignobles. La région est vallonnée. On aperçoit la mer, parfois, entre deux pieds de vigne. Et puis doucement on y arrive, à Port Elliot. On se croirait presque sur la côte de granit rose en Bretagne, à Ploumanach… Sauf que cette baie est réputée parmi ceux qui désirent voir les baleines ! Le plus grand mammifère du monde séjourne quelques temps dans ces eaux, au début du printemps. Dommage pour nous, les cétacés ont quitté cette partie de l'océan austral il y a quelques semaines…

Qu'à cela ne tienne, notre voyage ne fait que débuter, et nous aurons bien d'autres occasions de rencontrer des animaux spectaculaires ! ;)

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

Et justement on embarque pour Kangaroo Island ! Une île presque magique… Un condensé de la faune australienne sur 150 km de long pour 50 de large. Ici, on a (presque) tout vu… Des kangourous, bien sur, des koalas, des otaries, des phoques à fourrure, un varan, des centaines d'oiseaux, des pingouins et même un échidné ! Je ne vais pas revenir trop longtemps sur cette superbe découverte de l'ile en compagnie de Paul, notre guide, sans qui nous serions certainement passé à côté de nombreuses merveilles. Si vous voulez vraiment tout savoir, il faut lire l'article de François-Xavier :)

Quoi qu'il en soit, je crois que c'est en se promenant ici, sur cette ile, que nous avons pleinement pris conscience, François-Xavier et moi, de l'endroit où nous nous trouvions. L'Australie dans toute sa splendeur. La faune d'un continent tout entier, qu'on ne trouve à aucun autre endroit en liberté sur notre planète, et qui se donne rendez-vous sur ce gros cailloux qu'est Kangaroo Island… 

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

Et après ? Après Kangaroo Island, qu'est ce qui nous attend ? On va être déçu par le reste, hein François-Xavier ? Forcément, après ça ? Non ? 

Et ben non… Même pas. Notre route nous mène loin de Kangaroo Island. On retourne sur le continent et on remonte vers le Nord. Destination les Flinders Ranges et l'outback australien. L'"outback"… Rien que le mot laisse rêveur… L'outback ça m'évoque Crocodile Dundee, c'est un peu le Far West de ce continent. Mythique.

 

Avant d'y arriver, on traverse des vallées, des vignobles… Au fur et à mesure qu'on avance vers le Nord, les villes se font plus occasionnelles, les voitures que l'on croise plus rares. Les champs s'étendent à perte de vue. Des vaches, des moutons. Forcément des moutons…

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

Et puis la végétation devient plus aride. On s'arrête. On prend le temps de découvrir, de faire quelques photos, d'aller voir si le panorama ne serait pas chouette par là-haut, de se dégourdir les jambes dans un parc national. Mount Remarkable National Park, à proximité de la petite ville de Melrose… Des gorges magnifiques, des parois de roche rouge de part et d'autre et nous au milieu. Pas un bruit. Ah si, les oiseaux. 

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

Et on continue. On trace la route. On traverse des villes qu'on croirait désertes, fantomatiques. Ambiance de far-west assez surréaliste… Le temps, ici, suit un autre chemin. On traverse Quorn, la capitale des Flinders Ranges. Et puis on suit la route. De toute façon c'est tout droit ;)

 

Et voici Wilpena Pound qui surgit de terre. Un endroit sacré pour les aborigènes, où, dit-on, reposent deux serpents géants qui, en se déplaçant ici, auraient façonné le paysage dans cette partie du territoire. Lorsqu'on survole cette zone en avion, le parallèle est saisissant et on jurerait parfois deviner les serpents sous ces chaines de montagnes !

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

Le voyage se poursuit, pour peu de temps encore, mais il se poursuit. A remonter vers Parachilna, on traverse les Brachina Gorge, on aperçoit même un émeu albinos. Animal rare, aux plumes blanches et yeux d'un bleu pâle. 

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

Et voila comment notre séjour en Australie du Sud se termine (presque). On rencontre des tondeurs de moutons qui vous mettent une bestiole à poil (subtil jeu de mot - ah ah) en moins de 3 minutes ! Oui, oui. J'ai compté ! Et Ross, propriétaire terrien autour de Parachilna, rencontré au pub, et qui nous emmène sur ces terres voir les dunes de sable rouge. Avec son accent si particulier il nous raconte la vie ici, dans l'outback, avec ces bêtes. Au sommet de la dune, il nous fait prendre conscience de cette vérité : "ici, c'est un des seuls endroits que je connaisse, où vous pouvez faire un tour à 360° sur vous même, et aussi loin que se porte votre regard, vous ne verrez pas une construction humaine, même pas une clôture ou un pylône"… Etrange sentiment.

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

australie du sud,australie,voyage,tourisme,video,animaux,paysages

Je crois que c'est là, sur ces dunes, à la limite de l'outback, que notre voyage s'est arrêté.

 

Après, ce fut le retour. Retour à Adelaide, retour à l'aéroport, retour en France… Avant de prendre l'avion, on s'est tout de même autorisé une petite sortie en mer avec François-Xavier, histoire de plonger et de voir des dauphins sauvages nager librement derrière nos masques ! Ultime dépaysement avant de monter dans l'avion. Ultime rendez-vous avec la faune australienne, cette faune si riche, exceptionnelle, et qu'on ne trouve nulle part ailleurs. Ca méritait bien une petite vidéo spéciale, non ? ;)

 

 

Si vous voulez comme nous partir en Australie du Sud et découvrir une région magnifique, peuplée par des habitants incroyablement accueillants et aimables, je vous conseille vivement de jouer sur la page facebook de l'Australie du Sud ! 2 billets d'avion aller-retour sont à gagner, ainsi qu'un séjour sur place !!!

 

Et encore une fois, si vous voulez voir plus de photos de notre voyage, vous pouvez jeter un oeil sur le site de François-Xavier ! ;)

 

Un immense merci à Australie à la Carte grâce à qui nous avons pu organiser notre séjour sur place ainsi qu'à la compagnie aérienne Qantas avec laquelle nous avons eu la joie de découvrir l'intérieur d'un A 380 ! ;)

 

A bientôt

 

Antoine

10:48 | Commentaires (9) | | |

jeudi, 12 janvier 2012

Les Flinders Ranges et l'Outback

Nous continuons notre périple en Australie du Sud, à travers les Flinders Ranges et l'Outback où notre voyage va prendre fin. Voici donc la dernière vidéo de notre séjour de l'autre côté du planisphère :


 


Pour les aborigènes, le temps est une notion abstraite. C'est ce que nous ont expliqué Tim et Margaret, rencontrés hier soir, un couple d'australiens d'ascendance européenne.

Difficile à percevoir, la culture des "natives australians". Une histoire qui se transmet oralement, sans écrits. Une culture intimement liée à la terre même, à ce continent nourricier. Le temps donc : un concept hors sujet. Le passé, le présent, le futur, tout se recoupe, sans distinction. Une entité globale.

La culture aborigène: si complexe, si emprunte de légendes, de croyances, si peu accessible à ceux qui n'en font pas partie. Une autarcie culturelle nimbée de secrets, inconnue, laissée en suspens.


Et une explication de l'environnement qui fait découvrir l'Australie sous un autre aspect. Une vision passionnante des plaines, montagnes, de la végétation, des hommes et de la faune.

Le Wilpena Pound, mont adulé, oppressant et fascinant au milieu des Flinders Ranges. Une particularité géologique impressionnante. Vu de loin, et de tout autour, un aspect de plat à tarte retourné, posé au milieu d'une grande et immense plaine. Des bords de plusieurs centaines de mètres de hauteur, et un sommet paraissant si plat, si bien érasé.

australie du sud,australie,flinders ranges,outback,paysage,wilpena,voyage,tourisme

Paraissant, simplement. Car Drew et son Cesna nous font prendre de la hauteur. Un tour en avion, et dans la lumière rasante, la légende évoquée par les aborigènes apparait. Comme une simple évidence. Vu du ciel, on voit non plus un bloc gigantesque et plat, mais on devine deux énormes formes longilignes, longues, et recouvertes régulièrement d'arrêtes. Les serpents du mythe fondateur, les voilà. Deux reptiles gigantesques. Ils seraient les créateurs des vallées, des montagnes, tout autour, en se faufilant, en laissant derrière eux les rides de leur passage. Après avoir bu l'eau des lacs avoisinants, ils auraient dévoré toute la population rassemblé lors d'une fête. Un festin si gargantuesque qu'ils seraient restés là, immobiles, incapable de se mouvoir. Et les formes sous nos yeux sont évidentes. Les écailles, la régularité des lignes.

australie du sud,australie,flinders ranges,outback,paysage,wilpena,voyage,tourisme

En bas, on distingue aussi des formes. Les kangourous, les wallabies sont là, comme des zébulons. Des émeus, aussi, ces grandes autruches qui vivent en liberté, animaux curieux sous les deux sens du terme. Curieux par l'aspect, curieux de nature. Une fois sur la terre ferme, on en approchera.


On s'invite aussi, au détour d'une ferme à voir les sheep shelder à l'ouvrage. Sheep comme mouton… Shelder comme tondeur. Une équipe de tondeurs professionnels qui, une fois l'an, désolidarisent les moutons de leurs laine. Un travail qui demande une dextérité, une force, une agilité. Les bêtes défilent les unes après les autres, 2 minutes trente pour les mettre totalement en petite tenue. Des équipes qui bossent en itinérance, toute l'année, exploitation après exploitation. Un travail harassant, un travail de bohème… 

 

australie du sud,australie,flinders ranges,outback,paysage,wilpena,voyage,tourisme

Les Flinders Ranges, c'est tout un environnement éblouissant. Des plaines immenses, des terres où la végétation a ses humeurs, parfois bien vivante, parfois plus timide. Des petits arbustes, quelques eucalyptus, de temps à autre mais rien de luxuriant. Des plaines impeccables, immenses, splendides, qui se mélangent avec des chaines de petites montagnes, de vallées. Le tout aride, bien souvent.


Le 4x4 nous emmène dans les Brachina Gorge, 16 kms de gués, de strates géologiques vieilles de 600 millions d’années qui nous entourent. Le tout décidément désert de trace humaine.

 

australie du sud,australie,flinders ranges,outback,paysage,wilpena,voyage,tourisme

On se trouve dans l'outback, ici.


L'outback, c'est cet espace où la présence humaine n'est plus la norme. Où seule la nature est une vraie certitude. S'aventurer dans l'outback, c'est emporter avec soi suffisamment d'essence, de vivres, d'eau pour pouvoir s'auto-suffire pendant plusieurs jours. Car sur certaines pistes, croiser un autre véhicule devient un évènement qui n'est pas quotidien.

Bref, on se sent seul… L'espace donne libre court à ses élucubrations.


Perdu au milieu de ceci, Parachilna. Un hameau à l'image de Bagdad Café. La route comme seul lien avec le reste du monde. Un bâtiment principal, qui fait à la fois office de restaurant, d'hôtel, de station service : le Prairie Hotel. Quelques mobiles homes tout autour. 

Des voitures garées devant. Presque une dizaine. Un nombre délirant… Tant d'autos agglutinées en un même lieu… On hallucine, on en a croisé si peu.. 

 

australie du sud,australie,flinders ranges,outback,paysage,wilpena,voyage,tourisme

On s'attendrait à voir un intérieur d'un autre âge. Avec des tenardiers qui dévisagent, des hôtes aux bacantes tombantes et aux gilets en cuir, piqure rappel de la belle époque des saloons. Pourtant, non. Trois jeunes femmes blondes les remplacent. Ca piaffe, rigole, s'esclaffe. Elles sont aimables, mais s'affairent, pas de question, juste mille tâches. Il y a du monde à servir. L'intérieur est digne des magazines de décor. Très lounge, mobilier recherché, contemporain ou patiné, couleur taupe ou gris souris, musique bobo déversée par des enceintes au dessus d'une tête de bétail.


C'est Jeanne qui a pris la barre de ce navire. Son mari, Ross, est propriétaire terrien. L'hotel restaurant est d'ailleurs installé sur sa lande. 8000 hectares sur lesquels vivent 900 vaches. Un domaine gigantesque où il s'affaire, la plupart du temps, seul. Une diversité de paysage, aussi. 

Ce micro désert, par exemple. Des dunes de sable rouge, un Sahara minuscule de quelques hectares perdus…

 

australie du sud,australie,flinders ranges,outback,paysage,wilpena,voyage,tourisme

De temps à autre, le travail est ingérable pour lui seul. Il s'autorise alors de l'aide pour rassembler le troupeau. Plusieurs jours de suite sur des quads ou des chevaux. Des journées ponctuées par des campements, façon Lucky Luke, l'esprit des feux de camps comme compagnon pour eux tous. 

australie du sud,australie,flinders ranges,outback,paysage,wilpena,voyage,tourisme

Notre montée n'ira pas plus au Nord. Le voyage retour se profile.


Demain, la route est longue. Se défaire de ces terres vides qui captent. Prendre le temps de rejoindre la civilisation. Deux simple jours loin de tout, mais déjà l'outback a su nous croquer.

Rejoindre Adelaide malgré tout, demain. Croiser peut être ces roads train, ces camions trainant de 3 à 6 remorques. Titiller des dauphins sauvages, aussi, qui sait, au large de la grande cité, à bord du Temptation Sailing avant de sauter dans l'avion... 

Puis reprendre le vol. 


Une parenthèse d'outre mappemonde qui se referme. Avec des petits points… Pour espérer l'ouvrir encore. 


Plus de photos de notre voyage sont à découvrir ici ! :)

Et si vous aussi vous voulez tenter l'aventure, inscrivez vous sur le jeu de l'Australie !

A bientôt,

François-Xavier

08:00 | Commentaires (2) | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu